à Wuhan, un premier cas de Covid-19 depuis plus d’un mois


Une famille regarde le discours de Boris Johnson le 10 mai à Londres. ADRIAN DENNIS / AFP

La pandémie due au nouveau coronavirus a fait au moins 280 693 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan communiqué dimanche 10 mai à 21 heures. Au total, 280 693 décès ont été recensés dans le monde, dont 156 111 en Europe, continent le plus touché. Les Etats-Unis, pays le plus meurtri par le Covid-19, comptent 79 522 décès. Suivent le Royaume-Uni (31 855), l’Italie (30 560), l’Espagne (26 621) et la France (26 380).

Lire aussi Le déconfinement débute en France : vivez cette journée en direct

Au moins 4 070 060 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 195 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Sur l’ensemble de ces cas, au moins 1 340 700 personnes sont aujourd’hui considérées comme guéries.

  • Le Royaume-Uni se déconfine à petits pas

Dès mercredi 13 mai, les Britanniques seront autorisés à sortir autant qu’ils le veulent pour prendre l’air ou faire de l’exercice – ils n’avaient droit qu’à une sortie quotidienne d’une heure jusqu’à présent. Mais les magasins et les écoles primaires ne pourront rouvrir qu’au début de juin en cas de progrès dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, a annoncé dimanche le premier ministre, Boris Johnson.

Puis un mois plus tard, au début de juillet, « si toutes les conditions sont réunies » et en fonction des avis scientifiques, le gouvernement espère « rouvrir au moins une partie » des cafés et des restaurants et autres lieux publics. Boris Johnson doit détailler lundi sa feuille de route pour le déconfinement du Royaume-Uni, vertement critiquée pour son manque de clarté par les syndicats, l’opposition et les médecins.

Au total, 31 855 personnes testées positives au coronavirus sont mortes au Royaume-Uni, deuxième pays le plus endeuillé après les Etats-Unis. Malgré une baisse du nombre de morts et d’hospitalisations, les consignes mises en place à la fin de mars restent de vigueur, avec quelques assouplissements, a annoncé le dirigeant conservateur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le Royaume-Uni, un des pays les plus touchés en termes de mortalité, se déconfine à tout petits pas
  • Le nombre de morts quotidiennes augmente au Brésil

Le Brésil déplore plus de 10 000 morts dues au coronavirus, devenant le sixième pays où la pandémie a jusqu’ici tué le plus. Les autorités ont enregistré 10 627 décès et 155 939 cas confirmés de contamination au Covid-19, des chiffres qui toutefois, selon la communauté scientifique, pourraient être 15, voire 20 fois plus élevés en réalité. Car le Brésil pratique très peu de tests.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « On est habitués à être négligés par l’Etat » : la mobilisation des favelas du Brésil face au Covid-19

Au rythme élevé où progresse le Covid-19, le pays de 210 millions d’habitants, le plus touché d’Amérique latine, pourrait être en juin le nouvel épicentre de la pandémie.

  • Premier cas à Wuhan depuis plus d’un mois

La Chine a relevé dimanche le niveau de risque épidémiologique dans un quartier de Wuhan, après la découverte d’un cas de Covid-19, le premier recensé depuis le 3 avril dans la grande métropole du centre du pays, berceau de la pandémie, selon la Commission nationale de la santé, dimanche. La ville a été particulièrement meurtrie par le virus et placée pendant plus de deux mois en quarantaine.

La Chine (sans les territoires de Hongkong et Macao), où l’épidémie a débuté en décembre, a officiellement dénombré 83 000 cas (14 nouveaux entre samedi et dimanche), dont 4 633 décès et 78 120 guérisons. Une directive a autorisé la réouverture sous conditions de tous les lieux publics. Des collégiens de Pékin ont effectué lundi leur rentrée munis d’un bracelet électronique qui donne l’alerte en cas de fièvre.

  • Un grand déconfinement prudent

Ce long week-end du 8-Mai marque donc le début du déconfinement en Europe, avec les derniers pays encore bouclés qui se lancent à leur tour de façon progressive : la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas, la République tchèque, la Grèce et l’Ukraine.

En Asie, Hongkong a aussi commencé à assouplir les restrictions en autorisant notamment les bars, les salles de sport, les salons de beauté et les cinémas à rouvrir. La police anti-émeute a pourchassé dimanche dans plusieurs centres commerciaux et dans les rues des manifestants pro-démocratie réclamant l’indépendance.

Samedi, c’est le Pakistan, cinquième pays le plus peuplé du monde, qui a commencé à alléger ses restrictions, en rouvrant marchés et petits commerces.

En Corée du Sud, la capitale, Séoul, a dû de son côté ordonner la fermeture des bars et des discothèques, après de nouveaux cas de Covid-19. Ce nouveau foyer « fait prendre conscience que ce genre de situation peut se présenter n’importe quand », a souligné dimanche le président sud-coréen, Moon Jae-in. « Ce ne sera pas fini avant que ce soit vraiment fini », a-t-il répété. La Corée du Sud a enregistré lundi le plus grand nombre de cas de coronavirus depuis plus d’un mois. Un total de 35 nouveaux cas ont été recensés, portant à 10 909 le nombre de personnes positives au Covid-19, selon les centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’inquiétante apparition d’un nouveau foyer de contaminations en Corée du Sud

Le risque de rebond de l’épidémie est réel. En Allemagne, où la quasi-totalité des restrictions imposées depuis la mi-mars a été levée, deux cantons ont décrété un nouveau confinement après une hausse du nombre de contaminations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’Allemagne affronte une récession historique

Même si Barcelone a autorisé l’accès à ses plages pour la pratique sportive, l’Espagne reste prudente. Les terrasses ne rouvriront ni à Madrid ni à Barcelone lundi.

La Russie reste bouclée et continue de tester massivement. Longtemps épargnée, elle connaît une forte hausse du nombre de cas. La Russie a annoncé lundi une hausse record de 11 656 nouveaux cas, que les autorités attribuent au programme massif de dépistage.

Le confinement est aussi prorogé à Buenos Aires et dans sa périphérie jusqu’au 24 mai, tandis que le reste de l’Argentine pourra se déconfiner en fonction des décisions des autorités locales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les fumeurs sont désespérés » : en Argentine, le coronavirus entraîne une pénurie de cigarettes
  • Mike Pence « isolé » mais à la Maison Blanche lundi

Le vice-président américain, Mike Pence, a passé son dimanche en isolement après avoir été en contact avec des personnes contaminées à la Maison Blanche. Son porte-parole, Devin O’Malley, a expliqué dans un communiqué que celui-ci irait travailler lundi matin comme à son habitude, après avoir eu « des résultats de tests négatifs chaque jour ». « Le vice-président Pence continuera à suivre les conseils de l’unité médicale de la Maison Blanche et n’est pas en quarantaine », a-t-il assuré.

Robert Redfield, directeur du centre de prévention des maladies infectieuses (CDC), et l’épidémiologiste Anthony Fauci, qui conseille le président, Donald Trump, se sont mis en quarantaine après avoir été en contact avec des personnes contaminées. Le troisième responsable concerné est Stephen Hahn, qui est à la tête de l’Agence américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le chômage atteint 14,7 % aux Etats-Unis, son plus haut niveau depuis les années 1930

Les dix-neuf ministres des finances de la zone euro se sont entendus sur les détails d’une première riposte à la crise, mais tout reste à faire pour un grand plan de relance. Le Mécanisme européen de stabilité (MES), le fond de sauvetage de la zone euro créé en 2012, pourra ainsi mettre à la disposition des pays les plus touchés des lignes de crédits « de précaution », pouvant atteindre jusqu’à 2 % de leur produit intérieur brut (PIB).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Paolo Gentiloni : « Le plan de relance de la Commission européenne doit d’abord profiter aux pays, aux régions et aux secteurs les plus en difficulté »
  • Le président équatorien divise son salaire par deux

Conformément à ce qu’il avait annoncé sur Twitter le 12 avril, le président équatorien, Lenin Moreno, a divisé par deux son salaire ainsi que celui des membres du gouvernement en raison de la crise économique provoquée par la pandémie. Ces réductions devraient entraîner une révision générale des salaires dans le secteur public, car une loi équatorienne dispose qu’aucun fonctionnaire ne peut recevoir de rémunération mensuelle plus élevée que le président.

Le salaire mensuel minimal équatorien est de 400 dollars. Jusqu’ici, le salaire mensuel du président dépassait l’équivalent de 5 000 dollars.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP, AP et Reuters



Source link

scroll to top