Accoucher en étant atteinte de la COVID-19


LONGUEUIL | Une jeune femme de la Rive-Sud a appris une semaine avant son accouchement qu’elle était atteinte de la COVID-19, une nouvelle angoissante, surtout que les risques de transmission de la mère au nouveau-né ne se sont pas encore beaucoup documentés.

Joanie Guillemette devait accoucher à Saint-Jean-sur-le-Richelieu, mais ses plans ont changé abruptement: elle a dû donner naissance en zone chaude, dans une unité des naissances dédiée à la COVID-19 à l’hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil.

La nouvelle maman a contracté la maladie par son époux, un travailleur de la santé.

«Le 1er mai, on nous a dit qu’on était COVID positif. […] J’ai pleuré, on va se le dire… je capotais un petit peu!», confie la maman à TVA Nouvelles.

Elle n’est pas la seule, depuis le début de la pandémie, trois mères touchées par la COVID-19 ont accouché à l’hôpital Pierre-Boucher, un chiffre minime sur les 3500 naissances enregistrées à cet hôpital.

D’autres patientes atteintes de la maladie et suivies à Pierre-Boucher ont eu le temps de guérir avant l’accouchement et elles ont pu donner naissance dans leur centre de naissance.

Les mesures au centre de naissances sont aussi importantes que dans des zones COVID dans d’autres établissements.

«Bien entendu l’équipement de protection individuel, des chambres dédiées, des professionnels dédiés», énumère l’infirmière clinicienne Jeanne Pigeon Turenne.

Transmission mère-enfant?

Peu d’études ont été faites sur la transmission de la mère à l’enfant.

La principale étude regroupait 33 femmes qui avaient accouché à Wuhan, en Chine, et avait démontré que 9% des bébés avaient été infectés. Parmi ceux-ci, trois n’allaient pas très bien, mais ils ont repris du mieux rapidement en quelques jours.

«Selon les études qui sont parues, il y a peu de risque pour le bébé en transmission verticale, c’est-à-dire la maman qui va le transmettre au fœtus. C’est très rassurant», explique la Dre Jeanne Laflamme, obstétricienne-gynécologue à l’hôpital Pierre-Boucher.

Le petit garçon de Joanie Guillemette, Malik, n’a pas été infecté et se porte bien.



Source link

scroll to top