Coronavirus: comment l’économie se redressera après le Covid-19?


Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

The global economy is bracing for the sharpest downturn since the 1930s but when will it recover – and how?

Dans une grande partie du monde, les mesures de confinement sont allégées, car les pays tentent de relancer leur économie.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que l’économie mondiale va se contracter de 3 % cette année, ce qui est un renversement complet de sa précédente estimation de 3 % de croissance mondiale.

Le monde se prépare à la plus forte récession depuis la Grande Dépression des années 1930, mais combien de temps durera-t-elle ? Et à quoi ressemblera la reprise ?

Qu’est-ce que la récession

Copyright de l’image
Reuters

De nombreux pays adoptent la définition technique de la récession comme étant deux trimestres successifs de baisse du produit intérieur brut (PIB).

Selon le Bureau national américain de la recherche économique (NEBR), une récession est « une baisse significative de l’activité économique répartie sur l’ensemble de l’économie, qui dure plus de quelques mois, normalement visible dans le PIB réel, le revenu réel, l’emploi, la production industrielle et les ventes au détail en gros ».

Dans ses prévisions, le FMI suppose que les pires effets économiques de Covid-19 se feront sentir au cours de ce deuxième trimestre de 2020. On espère que ces effets s’estomperont quelque peu au cours du second semestre, avec la réouverture progressive des affaires.

Mais si les mesures de confinement se poursuivent au cours du second semestre, d’autres entreprises disparaîtront et des personnes perdront leur emploi. La récession pourrait être deux fois plus sévère et la reprise serait beaucoup plus lente.

Nous pourrions donc être confrontés à une récession qui prendrait la forme d’un V, d’un U, d’un W ou d’un L, autant de lettres que les économistes utilisent pour décrire la récession et la reprise.

« Ils se réfèrent à la forme du graphique montrant la croissance du PIB dans le temps », a déclaré à la BBC José Tessada, un économiste de l’Université catholique du Chili.

Le scénario idéal : V

Copyright de l’image
AFP

Image caption

Un vendeur en Ouganda

Ce scénario est considéré comme le meilleur, car ce type de ralentissement commence par une chute brutale, mais atteint ensuite son point le plus bas et la reprise économique suit rapidement.

« L’idée est que [l’économie] revienne à un niveau [d’activité] très similaire à celui de départ, et que la récession soit relativement brève, bien qu’elle puisse encore durer quelques trimestres », explique le professeur Tessada.

« Si nous pouvons contrôler la pandémie, nous pourrions assister à une récession en forme de V, car les restrictions vont commencer à être levées et la croissance pourrait revenir aux niveaux précédents »,estime-t’il.

Paul Gruenwald, chef économiste chez S&P Global Ratings à New York, a déclaré à la BBC : « Si les mesures de distanciation sociale sont rapidement levées ou si un vaccin ou un traitement est développé, nous pourrions rapidement revenir à notre trajectoire initiale. »

S&P prévoit une forte baisse économique de 9 % au deuxième trimestre 2020. Il est moins optimiste quant à la rapidité de la reprise.

Le scénario le plus probable : U

Copyright de l’image
Reuters

S&P prévoit un déclin économique mondial de 2,4 % en 2020, suivi d’une croissance de 5,9 % en 2021.

M. Gruenwald déclare : « Ce que nous voyons maintenant ressemble plus à un U, ou à un large U dans lequel nous allons récupérer la majeure partie du choc mais à un rythme plus lent ».

Elena Duggar, directrice adjointe de la direction de Moody’s Investors Services à New York, partage cet avis. Selon les dernières prévisions de Moody’s, la pandémie de coronavirus va « impacter » l’économie jusqu’en 2021.

« Nous ne récupérerons pas au cours du second semestre de l’année toute la production économique que nous avons perdue au cours du premier semestre », a déclaré Mme Duggar à BBC News Mundo.

Mais elle voit des « nouvelles positives » venant de Chine, où le ralentissement – ainsi que la reprise – a commencé un trimestre plus tôt que dans le reste du monde.

« Nous assistons à la levée des blocages en Chine et à la réouverture des usines. Selon les secteurs, il semblerait que la capacité ait été rétablie à un niveau compris entre 45 et 70 % », observe l’économiste.

Sur un autre front, les gouvernements ont agi rapidement pour mettre en place des mesures économiques de soutien à l’économie.

« Nous pensons qu’une fois les restrictions levées et l’activité reprise, il y aura une certaine reprise au cours du second semestre de l’année », déclare Mme Duggar.

Le scénario de la route cahoteuse : W

Copyright de l’image
Reuters

Image caption

Une vendeuse de fruits à Abidjan

Mais il n’existe toujours pas de vaccin ou de traitement contre le Covid-19 et cela nous confronte à une série d’autres défis, déclare M. Gruenwald.

Les gouvernements peuvent assouplir les restrictions dès maintenant et stimuler l’activité économique. Mais dans l’éventualité d’une deuxième vague d’infections à Covid-19, les restrictions pourraient être à nouveau renforcées, ce qui porterait un nouveau coup à l’économie.

Dans ce scénario, l’économie pourrait connaître une récession à double creux, ou en forme de W, selon le professeur Tessada.

« La reprise finale ne se produirait qu’après une interruption au cours de laquelle il y aurait certes une reprise, mais pas soutenue et l’économie chuterait à nouveau »,, explique l’économiste.

« Si nous faisons des allers-retours [avec les mesures d’éloignement social], il faudra beaucoup plus de temps pour revenir à la normale », ajoute M. Gruenwald.

Le scénario de la « nouvelle normale » : L

Copyright de l’image
AFP

Nombreux sont ceux qui se demandent si le Covid-19 pourrait faire entrer l’économie mondiale dans une « nouvelle normalité ».

Dans un scénario en forme de L, l’économie se redresserait après une forte baisse, mais l’activité reviendrait à un niveau inférieur.

« Plus qu’une récession, ce serait un changement permanent du niveau de croissance », déclare le professeur Tessada.

S&P prévient qu’un retour brutal de la croissance pourrait entraîner des pertes économiques à long terme, en particulier si aucun vaccin ou traitement contre le Covid-19 n’est mis au point.

Dans ce cas, un retour à la normale serait « impossible ».

« Plus qu’un V ou un U, la question est de savoir si nous allons revenir [aux niveaux précédents] et combien de temps nous faudra-t-il pour y revenir ? », déclare M. Gruenwald.



Source link

scroll to top