Coronavirus : le point du 18 juin sur le Covid-19


Les chiffres du jour


Santé publique France recense ce jeudi 29.603 décès, une augmentation de 29 en 24 heures à l’hôpital.

 

En France, hier, SOS médecins a réalisé 122 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 2% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 199 passages pour ce même motif, soit 0,7% de l’activité totale.

10.125 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 136 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures.

RÉANIMATION. 752 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation. 15 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation. Le solde reste négatif en réanimation, avec 20 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 74 % des patients hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 168 hospitalisations, dont 25 en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 103.654 personnes ont été hospitalisées, dont 18.260 en réanimation. 73.887 personnes sont rentrées à domicile. 29.603 personnes sont décédées en France depuis le début de l’épidémie, dont 19.146 personnes au sein des établissements hospitaliers. Les chiffres de mortalité relatifs aux établissements sociaux et médico-sociaux seront actualisés par Santé publique France le 23 juin prochain.

L’info du jour


L’OMS arrête les essais sur l’hydroxychloroquine

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé avoir décidé d’arrêter les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine en tant que traitement potentiel des malades du Covid-19 hospitalisés, arrivant à la conclusion que cet antipaludéen ne réduisait pas leur taux de mortalité. « Les preuves internes (menées par l’OMS et l’Inserm, NDLR) apportées par l’Essai Solidarity/Discovery, les preuves externes apportées par l’Essai Recovery (britannique, et pas gérée par l’OMS, NDLR) et les preuves combinées apportées par ces deux essais largement aléatoires, mises ensemble, suggèrent que l’hydroxychloroquine – lorsqu’on la compare avec les traitements habituels des patients hospitalisés pour le Covid-19- n’a pas pour résultat la réduction de la mortalité de ces patients« , a déclaré la docteure Ana Maria Henao Restrepo, de l’OMS, au cours d’une conférence de presse virtuelle à Genève. Toutefois, la décision d’arrêter les essais sur les patients hospitalisés souffrant du Covid-19 ne concernait pas l’usage ou l’évaluation de cette molécule en tant que traitement préventif de la maladie due au nouveau coronavirus.

Sciences


L’UE en discussions avec J&J pour des vaccins

La Commission européenne est en discussions avancées avec le laboratoire américain Johnson & Johnson pour réserver ou acheter des doses de son potentiel futur vaccin contre le nouveau coronavirus, toujours en cours de développement, a appris Reuters auprès de deux responsables au fait des pourparlers. Un accord entre la Commission européenne (CE) et Johnson & Johnson est « dans les tuyaux« , selon un responsable sanitaire de haut rang d’un Etat membre ayant requis l’anonymat. Une seconde source européenne a fait état d’une discussion téléphonique entre les deux parties mardi dernier sur un éventuel accord au sujet du candidat vaccin du groupe pharmaceutique américain. On ne sait pas exactement pour l’instant si un éventuel accord porterait sur une précommande de doses du vaccin ou sur une simple option d’achat. Le président français Emmanuel Macron a précisé que l’Alliance, qui poursuit ses discussions avec d’autres laboratoires, devrait conclure un accord comparable avec Sanofi dans les prochaines semaines.

En France


Second tour des municipales : le gouvernement rappelle les règles

Procurations modifiées, réaménagement des bureaux de vote, port du masque obligatoire… Le ministère de l’Intérieur a rappelé mercredi soir dans un communiqué les règles pour le second tour des élections municipales du 28 juin. Au vu des règles sanitaires imposées par la Covid-19, le ministère de l’Intérieur propose des « moyens alternatifs de campagne » électorale comme la mise en lige des professions de foi, la mise en place de panneaux d’affichage supplémentaires et la « sensibilisation des médias locaux et nationaux pour donner plus de visibilité aux campagnes« .  Le jour même du vote, comme pour le premier tour, les bureaux de vote seront aménagés de manière à limiter au maximum les contacts et à assurer une distance d’au moins un mètre entre chaque personne présente, selon le ministère. Le nombre d’électeurs pouvant accéder simultanément au bureau de vote sera limité, et priorité sera donnée pour voter aux personnes vulnérables.

À l’étranger


Le chef indigène Paiakan, grand défenseur de la forêt amazonienne, est mort du Covid-19

Il est mort dans un hôpital de la ville de Redencao, dans le nord du Brésil, a annoncé à l’AFP Gert-Peter Bruch, président de l’ONG française Planète Amazone. « C’est quelqu’un qui a travaillé toute sa vie pour créer des alliances mondiales autour des peuples indigènes pour sauver l’Amazonie et pour unir les peuples indigènes », a indiqué M. Bruch. Mais l’image de Paiakan avait été entachée en 1992 par des accusations de viol de la part d’une étudiante. Il avait été acquitté en 1994, puis condamné quatre ans plus tard à l’issue d’un deuxième procès. Il a effectué une partie de sa peine de six ans de prison en résidence surveillée dans une réserve. Ses alliés ont affirmé qu’il avait été victime d’une accusation mensongère alors que son pouvoir politique était croissant et que son nom était évoqué pour le Prix Nobel de la paix.

La Chine affirme que le regain de Covid-19 est « sous contrôle »

La Chine a affirmé aujourd’hui que le regain de contaminations au coronavirus, notamment à Pékin, était « sous contrôle« , écartant le risque d’une nouvelle propagation de la maladie là où elle était apparue, au moment où la pandémie explose en Asie du Sud et continue de faire des ravages en Amérique latine. Dans la capitale, ce sont des milliers d’habitants qui faisaient la queue pour subir un dépistage. Le ministère chinois de la Santé a fait état de 21 malades supplémentaires au cours des 24 dernières heures dans la ville de 21 millions d’habitants, portant à 158 le nombre de cas recensés depuis la semaine dernière. L’épidémie dans la capitale est « sous contrôle« , a assuré l’épidémiologiste en chef du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Wu Zunyou. Le marché de gros de Xinfadi, principal lieu d’approvisionnement en fruits et légumes de la capitale, est soupçonné d’être la source des nouvelles contaminations.

Trump refuse tout nouveau confinement malgré une hausse des cas de coronavirus

Le président américain Donald Trump s’est prononcé hier contre une nouvelle fermeture des commerces et des entreprises en dépit d’une hausse des nouveaux cas de contaminations au coronavirus dans plusieurs États américains. « Nous ne fermerons pas le pays à nouveau. Nous n’aurons pas à le faire« , a-t-il déclaré lors d’un entretien avec la chaîne de télévision Fox News. Selon le New York Times, le vice-président, Mike Pence, a encouragé les gouverneurs des États américains à faire écho à l’explication officielle selon laquelle l’augmentation du nombre de cas de contaminations est due à la hausse du nombre de tests effectués. Le New York Times révèle toutefois que les cas positifs dépassent le nombre moyen de tests administrés dans au moins 14 États.

La Nouvelle-Zélande confrontée à trois nouveaux cas de coronavirus

La Nouvelle-Zélande a fait état aujourd’hui d’un troisième nouveau cas de coronavirus en une semaine, semant le doute sur la gestion de la crise sanitaire par le pays qui a été le premier au monde à déclarer l’épidémie comme étant terminée. Il s’agit d’un homme d’une soixantaine d’années, actuellement en quarantaine, qui a pris l’avion depuis le Pakistan et est arrivé à Melbourne le 11 juin. Ce cas s’ajoute à celui de deux femmes arrivées de Grande-Bretagne qui ont été testées positives après avoir reçu l’autorisation de quitter la quarantaine de manière anticipée pour des raisons humanitaires. Le gouvernement a été contraint d’expliquer pourquoi elles avaient été libérées sans avoir subi de tests adéquats et de se justifier sur la gestion des centres de quarantaine. Si la Nouvelle-Zélande a levé ses mesures de confinement, ses frontières restent fermées et seuls les citoyens néo-zélandais peuvent entrer dans le pays à condition de se soumettre à une quarantaine. Certaines dérogations à cette quarantaine ont toutefois été faites pour des raisons commerciales et humanitaires. A la suite du cas des deux femmes, le gouvernement a décidé de suspendre ces exemptions et la Première ministre Jacinda Ardern a fait appel à l’armée pour superviser les centres de quarantaine et les contrôles aux frontières.

Avec AFP et Reuters

RÉFLEXES

Les bons gestes pour se protéger

Se laver les mains très régulièrement à l’eau et au savon (au moins 20 secondes) ou à défaut au gel hydro-alcoolique, à chaque arrivée dans un nouveau lieu.

Ne pas rendre visite aux personnes âgées pour éviter de les contaminer, ni aux personnes souffrant déjà d’une autre maladie.

Se tenir à 1-1,50 mètre de distance lors des déplacements obligatoires.

Ne pas serrer la main ou faire la bise pour se saluer.

Tousser ou éternuer dans l’intérieur de son coude.

Que faire en cas de suspicion d’infection ?

Les recommandations sont ainsi formulées sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé :

J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU-Centre 15.

Pour des questions non médicales, appeler le numéro vert Coronavirus au 0 800 130 000 (gratuit, 7 jours sur 7, 24h sur 24).



Source link

scroll to top