COVID-19 : « C’est un peu hors de contrôle » à Montréal-Nord | Coronavirus


Comme son manteau, Odette en a vu des choses. Elle a quitté Haïti en 2017. Elle a pris un vol jusqu’à Miami, puis s’est rendue à Plattsburgh et, de là, elle est entrée au Canada, comme des milliers d’Haïtiens cette année-là, par le chemin Roxham.

Elle avait besoin de sous. Elle a des enfants à qui elle doit envoyer de l’argent en Haïti.

Elle s’est donc trouvé un travail dans un CHSLD à l’extérieur de la métropole. C’est là qu’elle a contracté le virus. De retour chez elle, dans Montréal-Nord, elle a contaminé son colocataire.

« Dieu patap Kitem aller », dit-elle en créole, ce qui signifie : « Dieu ne va pas me laisser partir ». Odette a la foi, mais elle est dubitative. Elle qui a été témoin d’une épidémie de choléra en Haïti, se demande comment il se fait qu’une maladie comme la COVID-19 se répande dans un pays aussi riche que le Canada.

Odette habite au cœur de l’arrondissement désormais le plus gravement touché par la pandémie. Avec 1153 cas confirmés au 28 avril, Montréal-Nord vient de dépasser Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Son taux de contamination [1369 pour 100 000 habitants] est même de deux à trois fois plus élevé que celui de l’ensemble de la métropole.

Le nombre de cas de COVID-19 à Montréal-Nord représente quasiment 10 % du total des personnes contaminées à Montréal.

Photo : Ivanoh Demers

Beaucoup d’inquiétude

Cette situation inquiète de nombreux organismes et personnalités locales, qui se sont regroupés pour faire entendre leur voix. « C’est un peu hors de contrôle, ça peut déraper », craint la députée libérale de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille.

Depuis plusieurs jours, l’ex-journaliste travaille en coulisses avec le documentariste et militant Will Prosper, d’ordinaire plus proche de la gauche que du Parti libéral, pour sensibiliser la population et les principales autorités sanitaires et politiques à la réalité nord-montréalaise.

Il y a beaucoup de cas, ça risque de mal tourner et de mettre de la pression sur le système de santé. Il faut aider cette population fragile.

Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé

À Montréal-Nord, il y a des gens défavorisés, des problèmes d’accès à Internet, beaucoup de densité. La contagion est beaucoup plus facile, souligne Will Prosper, qui veut distribuer plusieurs milliers de masques, avec Paule Robitaille, à des intervenants et des personnes vulnérables.

Ensemble, ils réclament également une clinique de dépistage sans rendez-vous. La demande semble avoir été entendue. On va regarder, affirme la directrice de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, qui veut étendre le dépistage à toute la population dans les prochains jours afin, notamment, de tester les gens asymptomatiques.

Ce qui est frustrant et choquant, c’est que tout le monde savait vers où on s’en allait. On est en réaction, alors qu’on aurait pu agir plus tôt.

Will Prosper, militant et documentariste

Des corridors sanitaires prochainement en place

Les chiffres qu’on voit nous préoccupent beaucoup, indique la mairesse Christine Black, du parti formant l’opposition à l’Hôtel de Ville. Cette dernière a décidé d’intensifier les efforts et de mettre en place des corridors sanitaires dans plusieurs secteurs de cet arrondissement d’environ 85 000 habitants dans les prochains jours. Deux brigades à vélo sillonneront également le territoire pour sensibiliser la population. Des corridors sanitaires existent déjà à Montréal depuis plusieurs semaines. Le Plateau-Mont-Royal en a mis en place, par exemple dès le début du mois d’avril. L’arrondissement nord-montréalais spécifie que ces corridors seront différents et ont été acceptés par la Santé publique. Nous avons travaillé cette implantation avec des organismes communautaires, précise l’équipe de la mairesse Black.

Les travailleuses de la santé touchées

Comment expliquer cette progression fulgurante de la COVID-19 à Montréal-Nord? Celle-ci ne serait pas associée à la première vague qui était liée à des voyageurs ou des cas importés, selon Mylène Drouin.

Une femme tend du gel désinfectant à un homme voulant entrer dans un magasin.

Aux Fourchettes de l’espoir, un organisme qui vient en aide aux plus démunis, plusieurs mesures de protection ont été mises en place pour limiter la propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À l’instar d’Odette, de nombreux membres de la diversité et des résidents de Montréal-Nord ont travaillé ces dernières semaines dans un CHSLD. Ce serait donc la première hypothèse de la santé publique, qui dénombre environ 40 % des cas nord-montréalais répartis entre les travailleurs de la santé [23 %, contre 15 % en moyenne à Montréal] et les éclosions répertoriées dans les établissements de soins.

Christine Guay dirige Impulsion travail, un organisme qui aide les femmes du quartier issues de la diversité, notamment, à se trouver du boulot.

L’abondance de femmes haïtiennes travaillant dans les CHSLD tient beaucoup à des données sociologiques, à son avis. « Culturellement, elles se valorisent en prenant soin des autres. Cela fait partie d’un rôle social féminin plus stéréotypé. Elles sont aussi très à l’aise avec les personnes âgées pour qui elles ont de la sympathie et de l’intérêt », dit Mme Guay.

Mais il y a bien sûr le côté pratico-pratique qui explique que beaucoup d’immigrantes et de réfugiées travaillent en CHSLD ou dans des résidences privées.

Le travail de préposé nécessite peu de scolarité. Souvent, ces femmes ont besoin d’argent rapidement, car elles sont cheffes de famille.

Christine Guay, directrice d’Impulsion travail

Nomez Najac est quant à lui chargé de mobilisation pour l’organisme Parole d’excluEs. Nous le rencontrons au cœur d’un secteur grouillant de monde où une camionnette circule lentement. Sur son toit, des haut-parleurs diffusent en créole, en anglais, en espagnol, en français et en arabe les consignes de la santé publique. Distanciation sociale, se laver les mains, etc.

Une source au sein du cabinet nous a confirmé que des efforts avaient été déployés pour faire face à la situation. Le gouvernement a fait distribuer des consignes en 19 langues et a travaillé avec plus de 80 médias des communautés culturelles pour que le message passe.

« La population du quartier est très représentée dans les services essentiels, que ce soit comme préposés aux bénéficiaires, employés d’entretien, etc. Mais ces gens ne travaillent pas dans le quartier, ils doivent se déplacer et deviennent des vecteurs de la maladie », détaille Nomez Najac.

Il évoque aussi la densité de la population et sa fragilité économique, laquelle se traduit par d’autres problèmes de santé, dont le diabète ou l’hypertension.

Pas de foyers d’éclosion précis, dit la santé publique

Selon la santé publique de Montréal, la transmission de la COVID-19 se ferait sur l’ensemble du territoire. On n’a pas réussi à trouver des zones d’éclosion, indique la directrice Mylène Drouin. Les cas, précise-t-elle, concernaient d’ailleurs des personnes beaucoup plus jeunes que le reste de l’île de Montréal.

Le défi de l’insalubrité des logements

Jointe par téléphone, la mairesse de Montréal-Nord Christine Black ne le cache pas : son arrondissement subit les conséquences de sa pauvreté. On sait que les défis sont importants. En contexte de pandémie, ça exacerbe ces défis.

Les appartements sont petits, il y a des défis d’insalubrité, des familles nombreuses.

Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

Ce matin, un monsieur m’a dit : “Chez moi, c’est pas viable”, raconte Paule Robitaille. Il y a des appartements insalubres où c’est vraiment pas l’fun d’être confinés.

Dans les parcs ou les rues de l’arrondissement, les rassemblements resteraient fréquents. Il y a plein d’endroits où la distanciation ne peut pas se faire, reconnaît Brunilda Reyes, l’une des figures de l’arrondissement. À la tête des Fourchettes de l’espoir, elle tente, avec son équipe, d’aider les plus démunis en livrant des paniers-repas.

La densité joue contre nous. Là où il y a de la pauvreté, les difficultés sont plus importantes qu’ailleurs.

Brunilda Reyes, fondatrice des Fourchettes de l’espoir
Une femme porte une visière au visage à Montréal-Nord.

« Il faut être prudent. C’est inquiétant », clame Maggy, qui porte une visière pour se protéger du virus.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« Distance entre nous, SVP! »

Au coin d’une rue, un grand jeune homme sort fréquemment de l’épicerie où l’on vend des produits antillais et rappelle à ceux qui se tiennent devant le commerce de garder leur distance.

« Distance entre nous! » Il le dit d’abord en créole, ensuite en français.

Dans la file, devant l’épicerie, Maggy Pierre, 44 ans, porte une visière protectrice. Elle-même a travaillé pendant 5 ans comme préposée, mais plus maintenant. « Il faut être prudent. C’est inquiétant », dit-elle sous la visière de plastique.

À quelques pas, une autre dame nous dit : « Seul Dieu et la prière peuvent nous aider ». Un homme ajoute : « Jésus veille ». Il précise qu’il a peur. « Qui n’a pas peur? », demande-t-il. « Mais je fais confiance à Jésus. »

À Montréal-Nord, l’entraide, si souvent mise de l’avant par la communauté, est désormais source de menace. Ici, les gens s’aident, avance Will Prosper. On ramène à manger aux voisins. Mais quand une personne tombe, c’est toute la famille qui tombe.

* À sa demande, nous avons changé le prénom d’Odette pour préserver son anonymat.



Source link

scroll to top