COVID-19: chute des transactions immobilières à Québec et à Montréal


Les impacts de la pandémie se sont fait sentir à travers le marché immobilier résidentiel québécois au mois de mai, avec une importante diminution du nombre de transactions à Québec et à Montréal.

• À lire aussi: Le Québec à l’origine de près de 80% de la croissance de l’emploi

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), les ventes de propriété ont reculé de 7% par rapport à mai 2019 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec – qui couvre principalement les villes de Québec et de Lévis.

Au total, 804 transactions ont été enregistrées le mois dernier, dont 565 pour des maisons (- 3%). Alors que le prix médian des unifamiliales est demeuré stable à 267 450$, celui des copropriétés a décliné de 5% pour s’établir 183 000$.

Les impacts du virus ont aussi influencé le délai de vente moyen dans la RMR de Québec, qui s’est allongé de 17 jours pour une maison, et le nombre d’inscriptions résidentielles (6187) a chuté de 23% par rapport à mai 2019.

«Le marché de la région de Québec traverse la crise sanitaire avec de bons résultats. Il en sera probablement de même lorsque les effets de la crise économique seront plus présents, au cours des prochains mois», indique Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ.

Rappelons que les courtiers ont pu reprendre leurs activités de façon plus normale le 11 mai dernier. Durant la pause du Québec, les visites et les signatures de contrat devaient se faire par internet.

Chute importante

Du côté de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, le nombre de transactions résidentielles a plongé de 41% en mai par rapport à ce même mois en 2019. Au total, 3286 ventes ont été réalisées, dont 1926 pour des unifamiliales (-36% ).

Il s’agit d’un deuxième mois consécutif marqué par une importante diminution.

«La Rive-Nord et les grands secteurs de la périphérie sud de la RMR de Montréal enregistrent un redressement significatif des transactions, tandis que Montréal et Laval semblent davantage souffrir du déconfinement plus graduel dans ces secteurs», note Mme Saucier.

Malgré la COVID-19, le prix des maisons a continué de grimper à Montréal en mai. Le prix médian des unifamiliales a bondi de 9% pour atteindre 370 000$, tandis que celui des copropriétés a grimpé de 8% (280 000$).

En mai, on dénombrait 13 650 inscriptions résidentielles en vigueur dans la RMR de Montréal (-31%).



Source link

scroll to top