Covid-19. De nouveaux « clusters » détectés, « vigilance renforcée » en Normandie


La Direction générale de la santé indique vendredi 19 juin 2020, que la Normandie fait l’objet d’une « vigilance renforcée ». De nouveaux « clusters » ont été détectés.

|Modifié le 19 Juin 20 à 20:35

Le seuil d’alerte de reproduction effectif du virus en Normandie a été dépassé, avec un taux de 1,6, indique le ministère de la Santé, vendredi 19 juin 2020. (©Jean-Paul Barbier/La Presse de la Manche/archives)

La propagation du Covid-19 s’accélère en Normandie. La Direction générale de santé annonce dans un communiqué de presse diffusé vendredi 19 juin 2020, peu après 19 heures, que le territoire normand fait « l’objet d’une vigilance particulièrement renforcée puisque le virus y circule activement ». La Guyane et Mayotte sont également dans ce cas.

Dans un autre communiqué diffusé dans la soirée, l’Agence régionale de santé de Normandie précise que « de nouveaux clusters ont été identifiés » dans la région.

Le seuil d’alerte dépassé

Ce qui pose problème aux autorités de santé, c’est « le taux de reproduction effectif du virus » qui a « sensiblement augmenté ». Le seuil d’alerte fixé à 1,5 avait été dépassé déjà la veille, faisant passer le territoire en orange uniquement sur ce critère. Mauvaise nouvelle confirmée vendredi par le ministère de la Santé :

Ce chiffre, correspondant au nombre de personnes qu’un cas positif va contaminer, est désormais de 1,6. 

En cause, « de nouveaux clusters » identifiés sur la région, en plus de plusieurs foyers de contamination déjà détectés dans le sud de l’agglomération rouennaise (Seine-Maritime). Dès vendredi, les autorités sanitaires ont mis sur pied une campagne de dépistages gratuits et massifs au Petit-Quevilly et à Saint-Étienne-du-Rouvray, que les habitants aient des symptômes ou non.

Un « cluster » familial a donc été détecté à Belbeuf. « Il concerne 13 cas confirmés répartis dans trois foyers et 25 personnes contacts. Parmi les contacts, les sept résultats connus sont négatifs, les autres sont en attente de résultat. Il n’y a pas de lien avec les clusters identifiés au sud de l’agglomération rouennaise », assure l’ARS.

Dans une entreprise de Fécamp également, une personne est atteinte du Covid-19. Dix cas contacts à risque ont été testés : « deux sont positifs, quatre sont négatifs, quatre sont en attente. » Toutes ces personnes sont actuellement isolées pour une durée minimale de 14 jours.

De plus, un dépistage systématique a été mise en œuvre au sein de l’Ehpad d’Argentan (Orne), à la suite de la confirmation d’un cas chez un résident, « qui s’est ensuite révélé être un faux positif », indique l’ARS. « Ce dépistage concerne 70 résidents et 52 professionnels et a permis d’identifier quatre cas positifs (deux personnels et deux résidents). Des mesures ont été mises en place au sein de l’établissement. Un nouveau dépistage sera effectué » sept jours plus tard, précise l’agence.

« L’épidémie n’est pas terminée »

« Il s’agit de connaître sa situation individuelle afin de prendre les mesures nécessaires en cas de test positif et contribuer ainsi à l’effort collectif pour contenir la propagation du virus sur ce territoire », précise l’Agence régionale de santé. « Les autorités sanitaires sont particulièrement vigilantes à l’évolution de la situation qui traduit une circulation virale réelle, mais maîtrisée », précise le ministère de la Santé, vendredi soir.

Sur le territoire national, 125 « clusters » sont toujours actifs, selon la Direction générale de la santé qui précise que « l’épidémie n’est pas terminée », puisque « le virus est toujours présent sur l’ensemble du territoire national ».



Source link

© 2020 COVID-19. All rights reserved.
scroll to top