COVID-19 et résidences pour aînés : «une tragédie nationale»


Le sort réservé aux aînés dans les centres d’hébergement à travers le pays est une véritable «tragédie nationale», a indiqué la santé publique du Canada, samedi.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, ainsi que son adjoint, le Dr Howard Njoo, n’ont pas pesé leurs mots lors d’un point presse, en évoquant la situation dans les résidences pour personnes âgées.

«On voit qu’il y a une faille dans nos centres d’hébergement pour aînés, a déclaré le Dr Njoo. Ce qui se passe avec nos aînés est une tragédie nationale. Après cette pandémie, il faudra peut-être avoir une enquête sur comment on traite nos aînés et savoir ce qu’on peut mieux faire pour les résidents, mais aussi pour le personnel.»

Sans réclamer une enquête publique, il souhaite qu’une «vraie conversation» ait lieu à travers le pays et avec les provinces.

Lors de leur mise à jour quotidienne, les autorités ont rappelé que le plus récent bilan au Canada faisait état de plus de 66 700 cas confirmés et de plus de 4600 décès causés par la COVID-19. On compte également plus de 30 000 personnes qui ont été guéries.

Une fois de plus, le Québec a mené la progression du bilan au pays avec un bilan de 36 986 cas et 2786 décès, samedi. Il s’agit d’une augmentation de 836 nouveaux cas confirmés et de 61 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures.

Alors que le déconfinement va s’amorcer dans certaines régions, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est dit «très inquiet» pour Montréal, qui est le principal foyer d’éclosion du virus au pays.

Même inquiétude de la part du ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, qui est député du centre-ville de Montréal. «Un déconfinement hâtif pourrait mettre en danger la vie des gens», a-t-il déclaré.

Le ministre Miller a de plus déploré une augmentation des cas dans les communautés éloignées du nord de la Saskatchewan.

«En date du 8 mai, 165 cas de la COVID-19 ont été confirmés dans des réserves des Premières nations et 16 au Nunavut, au nord du Québec», a-t-il indiqué, en soulignant que le gouvernement fédéral continue de travailler avec les leaders locaux pour lutter contre l’éclosion.

Il a rappelé qu’un fonds de soutien de 305 millions $ avait été mis en place pour répondre aux besoins immédiats des Premières nations.



Source link

scroll to top