CoViD-19: l’âge n’est pas le seul facteur de risque


Une compilation analogue réalisée en Italie par l’Instituto Superiore di Sanità, et portant sur 2003 patients décédés de la CoViD-19, a établi que 48,5% souffraient de trois pathologies chroniques, 25,6% en avaient deux, et 25,1% une seule.

En fait, seulement trois patients sur 2003 sont morts sans condition préexistante (0,7%). Comme cette recherche italienne a été menée au pire moment de la crise, plusieurs milliers de personnes, encore aux soins intensifs, ont pu décéder par la suite.

Or, il est probable que les gens les plus mal en point au départ aient succombé plus rapidement. Les victimes sans comorbidités connues pourraient être un peu plus nombreuses, quand le bilan final sera publié, après la pandémie.

Les vieux plus contagieux

Plusieurs chercheurs croient malgré tout que l’immunosénescence, soit la perte progressive d’efficacité du système immunitaire avec l’âge, pourrait contribuer à augmenter la susceptibilité au coronavirus, même en absence de comorbidités. Cette dégénérescence explique en bonne partie la grande vulnérabilité des personnes âgées à de nombreuses infections et épidémies, la grippe notamment.

Comme l’a expliqué à La Presse le Dr Richard Marchand, microbiologiste infectiologue, l’immunosénescence fait en sorte que le virus de la CoViD-19 peut se reproduire en plus grande quantité chez les malades les plus âgés, qui présentent alors une charge virale énorme (et sont donc très contagieux).



Source link

scroll to top