Covid-19: l’Amérique latine, nouvel épicentre de la pandémie


Ravi de retrouver les fidèles sous les fenêtres des appartements pontificaux, signe d’un retour à la normalité, le Pape a exprimé ses inquiétudes pour les pays où le virus continue de faire des victimes, priant pour elles, leurs familles et tous ceux qui les soignent. Après l’Asie et l’Europe, l’Amérique latine est le nouvel épicentre de l’épidémie de coronavirus qui y fait des ravages.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

À l’issue de la prière de l’Angélus, le Pape s’est réjoui de retrouver les pèlerins place Saint-Pierre. Leur présence est «le signe qu’en Italie la phase aiguë de l’épidémie est terminée». «Mais attention, ne criez la victoire en premier, ne criez pas victoire trop tôt !», a averti François, leur demandant de «suivre attentivement les règles, car ce sont des règles qui nous aident à empêcher le virus progresser». Le Saint-Père s’est ensuite montré inquiet pour «certains pays» où «malheureusement» le virus fait encore de nombreuses victimes. À ces mots, les regards se tournent presqu’immédiatement vers l’Amérique latine qui, après l’Asie et l’Europe, se retrouve être nouvel épicentre de l’épidémie.

La proximité du Pape avec les pays frappés par la Covid-19

Le Brésil, troisième pays touché au monde

Derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni qui comptent respectivement plus de 109 000 et 40 000 morts, le Brésil est devenu cette semaine le troisième pays le plus endeuillé par la Covid-19, avec plus de 35.000 décès pour près de 615 000 cas ; un nombre qui serait largement sous-évalué, faute de tests.

L’État de Sao Paulo, le plus riche et plus peuplé du pays, reste le plus touché devant celui de Rio de Janeiro. La situation est également critique dans des États pauvres de la région amazonienne du Nord, comme l’Amazonas et le Para, ou du Nord-est, comme le Ceara ou Maranhão.

Les courbes de contagions dans le pays de 210 millions d’habitants sont en pleine ascension, mais le président continue de prôner le déconfinement, contestant les mesures sanitaires prises par les gouverneurs des États. Jair Bolsonaro a également menacé de retirer son pays de l’Organisation mondiale de la santé, à l’instar de son homologue américain, en raison du «parti pris idéologique» de l’agence onusienne.

À l’initiative des évêques de l’État de Maranhão qui voulaient se faire proches de leurs fidèles durement frappés par le virus, 10 jours de prière et de célébrations en direct sur internet ont été inaugurés le 2 juin. Ces temps de communion sont repris dans l’ensemble du pays sur le site de la conférence épiscopale brésilienne

Manque d’oxygène au Pérou

Après le Brésil, le Pérou est officiellement le deuxième pays le plus touché en Amérique latine. Il a franchi cette semaine la barre des 5.000 morts, avec une hausse de contamination importante malgré la fermeture des frontières et un couvre-feu nocturne mis en place depuis le 16 mars. Jeudi 4284 cas supplémentaires ont été enregistrés en 24h. Actuellement, plus de 9.000 personnes sont hospitalisées dans le pays en raison du Covid-19, submergeant le système de santé qui souffre notamment de graves pénuries d’oxygène, désormais déclaré «ressource stratégique» par les autorités, notamment dans les zones reculées situées au cœur de la jungle amazonienne qui n’ont pas été réapprovisionnées.

Pour coordonner l’aide alimentaire et médicale apportée aux Péruviens les plus vulnérables par les 47 juridictions ecclésiastiques du pays mais aussi par les congrégations religieuses et plus de 1540 paroisses, la conférence épiscopale a lancé une initiative mardi 2 juin intitulée «Donnez-leur vous-mêmes à manger» (Mt,14.16). Parmi les initiatives locales, on note la distribution de 1200 paniers de nourriture et de 2400 masques fabriqués par les missionnaires de Jésus Verbe et Victime aux villages paysans du vicariat apostolique de Chuquibambilla.

Manifestations contre la faim au Chili

Depuis l’apparition d’un premier cas déclarés le 3 mars, le Chili a enregistré 113 628 contaminations, dont 1 275 mortelles. Moins gravement frappé que certains de ses voisins, le pays de 18 millions d’habitants connait néanmoins une accélération de la progression du virus ces dernières semaines. Nous en parlions récemment avec Mgr Fernando Chomali, archevêque de Concepción et membre de l’Académie pontificale pour la vie.

Mercredi, le confinement de la capitale, principal foyer de la pandémie, a été pour une 4ème semaine, jusqu’au 12 juin. À Santiago, le taux d’occupation des services de réanimation est de 97%. Les mesures restrictives ont fait exploser le chômage et la faim, si bien que des manifestations ont éclaté dans les banlieues de la ville pour demander de l’aide.

Les évêques du Chili ont créé une plateforme spécifique d’accompagnement, d’écoute et de solidarité sur internet intitulée «Nous sommes l’Église, voix de l’espérance». Des prières, textes de réflexion et des actions de solidarité y sont répertoriés.

Le Venezuela, la grande inconnue

Seuls 18 décès liés au Covid-19 sont comptabilisés et moins de 2 000 cas de contamination recensés, mais le bilan pourrait être bien plus lourd au Venezuela, un pays déjà frappé par une grave crise économique, une énorme inflation et un effondrement des services publics. Depuis le 30 mai et jusqu’au 13 juin prochain, la Caritas est en train de distribuer dans chaque diocèse 20 tonnes de nourriture destinés au plus pauvres, même si de son propre aveu, il est aujourd’hui très difficile d’identifier les personnes les plus démunies, la population se trouvant globalement en situation de précarité. Fin mai, l’épiscopat invitait la population à mettre les autorités devant leurs responsabilités. 

Au moins en apparence, il semble que la pandémie soit parvenue à mettre le président Nicolas Maduro et son opposant Guaido d’accord la semaine passée. Selon un document lu mardi à la télévision officielle, ils rechercheront ensemble des fonds destinés à lutter contre le coronavirus au Venezuela. Certains observateurs reportaient toutefois l’arrestation de plusieurs membres de l’opposition, notamment depuis le début des mesures de confinement.

La pandémie, un prétexte pour recourir à la force

En Colombie, pays qui a dépassé mardi les 1.000 morts du nouveau coronavirus moins de trois mois après la détection du premier cas de contagion, la commission de la pastoral sociale vient de dénoncer dans un rapport l’usage excessif de la force de la part des corps armés de la police. Premières victimes, les leaders sociaux qui protestaient contre des entreprises d’exploitation minières forçant leurs employés à travailler malgré la propagation du virus.

Au Brésil, la Cour suprême du Brésil a interdit ce vendredi les descentes des forces de sécurité dans les favelas de Rio de Janeiro pendant la pandémie. En avril, les forces de l’ordre de l’État de Rio ont tué 177 personnes, 43% de plus que lors du même mois de l’année dernière.

Peuples indigènes en danger

 

Sept mois après la fin du Synode sur l’Amazonie et à la suite du Repam, le Pape François s’inquiétait la semaine passée du sort des populations autochtone d’Amazonie. Selon l’Association des Peuples Indigènes du Brésil, le virus s’est déjà propagé au sein de 40 des 300 peuples autochtones du pays.

Les gouvernements péruvien et colombien ont mis en place un comité de travail pour les protéger au mieux. En Colombie, l’Église s’inquiète d’un «risque d’ethnocide», les peuples indigènes particulièrement vulnérables y sont souvent privés de services de santé.

Les grandes villes d’Argentine en première ligne

Le confinement durera au moins 100 jours dans les grandes villes d’Argentine, notamment dans la capitale. Le pays de 45 millions d’habitants a enregistré depuis début mars plus de 20.000 cas de Covid-19, dont 608 décès, mais l’agglomération de Buenos Aires et ses 14 millions d’habitants, la zone la plus dense du pays, reste la plus touchée avec 85% des cas. Il n’y a pas de circulation importante du virus dans 18 des 24 provinces du pays, où les mesures de restriction ont été donc assouplies. L’Église y reste cependant mobilisée. Le diocèse de Goya tiendra sa collecte annuelle pour la Caritas le 13 et 14 juin prochain car «la générosité fait croître l’espérance». La situation économique du pays, en récession depuis 2018, s’aggrave avec la crise sanitaire, avec des prévisions de baisse du PIB oscillant entre 7% et 10%.

Bolivie : des élections générales reportées

Enfin, l’activité économique a redémarré dans plusieurs grandes villes de Bolivie, malgré des chiffres de contamination en nette croissance. Le pays andin de 11 millions d’habitants a enregistré à ce jour plus de 10 000 cas de Covid-19 et plus de 300 décès.

«Combien de respirateurs ont été achetés ? Ils (les autorités) ont annoncé que 500 lits sont arrivés pour les soins intensifs. Où sont-ils ?» s’interrogeait l’archevêque de Sucre le 10 mai dernier. Après s’être montrée critique sur la gestion de la crise accusant le nouveau gouvernement de vouloir s’installer au pouvoir, l’Eglise a accepté de renforcer sa collaboration avec les autorités pour freiner la propagation du virus.

Initialement prévues le 3 mai, les élections générales devraient avoir lieu le 6 septembre prochain. Après la fuite du président Moral en novembre 2019 pour s’exiler en Argentine, le pays est dirigé par Jeanine Añez, une sénatrice de droite. Son parti n’a cependant pas la majorité au parlement.



Source link

scroll to top