Covid-19 : les engelures pourraient être un nouveau symptôme


Début 2020, il y a quelques semaines à peine, le Covid-19 était décrit comme une « grippette ». Sont alors arrivés les graves atteintes respiratoires, la « tempête immunitaire » ou encore la perte de goût et d’odorat (anosmie) déclenchées par l’infection. Trois semaines après l’infection, un nouveau symptôme potentiel est exhumé par les dermatologues, une spécialité médicale n’ayant jusque-là que peu de rapport avec la pandémie en cours. En l’espace d’un week-end et grâce aux réseaux sociaux, des spécialistes libéraux et hospitaliers ont identifié des pseudo-engelures aux extrémités chez certains confinés, qui pourraient bien être un nouveau signe de Covid-19.

Plus d’une soixantaine de cas en un weekend

« En un week-end, plus d’une soixantaine de cas sont remontés, grâce aux dermatologues et aux signalements de médecins généralistes« , raconte à Sciences et Avenir la Dr Tu-Anh Duong, dermatologue à l’hôpital Henri Mondor. A l’origine, un groupe de messagerie instantanée Whatsapp rassemblant plus de 400 dermatologues libéraux et hospitalo-universitaires, organisé par le Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues (SNDV). Si certains signes dermatologiques du Covid-19 avaient déjà été décrits dans les études chinoises et italiennes, il s’agissait plutôt de manifestations de type urticaire, que l’on peut également retrouver dans d’autres infections virales. Mais les lésions que les dermatologues observent cette fois sont bien plus étonnantes.

Des engelures potentiellement liées au Covid-19

« Ce sont des acrosyndromes, des rougeurs douloureuses aux mains ou aux pieds« , décrit la Dr Duong. Ces pseudo-engelures ont été retrouvées non pas à l’hôpital chez les patients gravement atteints, mais chez des patients confinés, sans antécédents de maladies circulatoires, rénales ou auto-immunes ni exposition au froid habituellement associées à ce type de lésions. « Il y a un redoux en ce mois de mars, et ces personnes sont de toute façon confinées, le froid ne peut donc pas expliquer ces engelures« , confirme la dermatologue. En revanche, ces patients ont en majorité été en contact avec des cas de Covid-19 confirmés ou présumés.

Exemples de pseudo-engelures rapportées par les dermatologues. N’hésitez pas à téléconsulter un dermatologue si vous montrez ce type de signes sur les mains ou les pieds. Cliquez pour voir en plus grand. Crédits : Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues (SNDV).

« Tous ces cas sont survenus dans les deux à trois semaines après le début du confinement. La période d’incubation de la grippe est passée, nous sommes pile dans la période de Covid-19. Le timing nous oblige donc à associer ces engelures à l’épidémie en cours« , explique la Dr Duong. Pour elle, le virus ayant déjà montré qu’il attaquait particulièrement l’endothélium – les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins -, il n’est pas si étonnant qu’il puisse provoquer des altérations de la circulation.

Une régression spontanée

Les patients souffrant de ces lésions montrent en majorité des douleurs modérées, et ont constaté une régression spontanée en une à deux semaines. Seuls quelques-uns ont nécessité un traitement, notamment par corticoïdes, inhibiteurs calciques (qui permettent la dilatation des vaisseaux sanguins) ou le fameux Plaquénil (chloroquine).

« Scientifiquement, il faudra plus de preuves pour montrer le lien entre le Covid-19 et ces lésions, notamment grâce aux futurs tests de sérologie lors du déconfinement« , précise la Dr Duong. Pour elle, cette découverte confirme au moins l’intérêt des réseaux sociaux dans la pratique médicale. Grâce à ce temps de réaction record, il pourra être pris en compte, lors de la sortie du confinement, que ces patients sont potentiellement contagieux.



Source link

scroll to top