COVID-19: saison compliquée pour les croisières dans la Manicouagan


BAIE-COMEAU | La pandémie de la COVID-19 aura eu raison d’une bonne partie de la saison des croisières en eau froide dans la Manicouagan. Il ne reste plus que quatre navires à l’horaire plus tard à l’automne.

Le premier navire de croisière devait arriver le 28 mai prochain. Maintenant, il ne reste plus que le Pearl Mist, un habitué de Baie-Comeau, et l’Artania qui prévoit encore accosté en septembre et octobre prochain. On passe à 2000 croisiéristes au lieu des 12 000 prévus au départ pour la saison.

Cette réalité va avoir des répercussions sur plusieurs attraits touristiques. Le maire de Baie-Comeau a d’ailleurs dit surveiller la situation de près.

«Ça sert beaucoup pour le Jardin des glaciers à boucler son budget, à faire une fin de saison qui leur amène des revenus qui lui permettent de générer un excédent, a indiqué Yves Montigny. Dans le contexte où on ne sait pas encore en septembre ou octobre qu’est-ce qui va arriver, et qu’il y a des annulations à tour de rôle, ça va affecter ces organisations-là.»

Au Québec, environ 60 % des escales prévues cette année ont été annulées jusqu’à présent. Pour le Jardin des Glaciers de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord, ça représente 1400 croisiéristes qui ne visiteront pas les lieux. Et difficile de combler cet écart avec des touristes de la Côte-Nord. Ils ne représentent que 5% du chiffre d’affaires de l’attrait touristique.

Comme beaucoup d’autres, le Jardin des glaciers compte sur des programmes d’aide financière. «Pour les attraits touristiques, c’est un enjeu majeur parce que l’automne, on compte beaucoup sur les escales de croisières pour animer les centres ville, et ça procure un petit surplus financier apprécié par les entreprises», a précisé le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Mario Leblanc.



Source link

scroll to top