COVID-19: Trump exige l’immunité à ses partisans


Sous la pression de la rue, Trump a décidé de reporter son premier rassemblement électoral depuis 3 mois, au 20 juin à Tulsa, en Oklahoma, afin qu’il ne coïncide pas avec la fête du Juneteenth commémorant l’abolition de l’esclavage. Des leaders noirs l’avaient considéré comme une provocation alors que des manifestations à l’échelle nationale se déroulent, depuis des semaines, contre la brutalité policière envers les Afro-Américains. Trump s’est vanté d’être, pour les Noirs, le meilleur président depuis Abraham Lincoln. Rien à son épreuve!

Mais c’est quand même un affront aux Noirs d’avoir choisi cette ville. Ce mois-ci marque le 99e anniversaire du massacre de Tulsa, considéré comme l’un des pires déchaînements de violence raciale dans l’histoire des États-Unis. Près de 300 Afro-Américains ont été tués par des foules blanches qui ont détruit et incendié des maisons, des entreprises, des églises, des écoles, des hôpitaux et des bibliothèques dans le quartier Greenwood de Tulsa, à l’époque la plus riche communauté noire des États-Unis.

Trump a déclaré, fin avril, qu’il était impatient de reprendre des «rassemblements massifs» sans distanciation sociale ou d’autres mesures «encombrantes» comme les masques. Mais on ne prend pas de risques. Ceux qui veulent assister à son meeting devront signer une renonciation de poursuite qui exonère la campagne Trump et les organisateurs de «tous les risques liés à l’exposition à la COVID-19».

Ça révèle toute la perfidie de Trump et son mépris pour l’intelligence de ses partisans. 

L’Oklahoma, État fortement républicain, fut l’un des premiers à commencer à assouplir les restrictions sanitaires: il n’y a pas de limites sur la taille des rassemblements publics et aucun couvre-visage n’est requis.

«Je pense qu’il est insensé de tenir un rassemblement politique pendant une pandémie», a déclaré le Dr Jonathan Reiner de l’Université George Washington, ajoutant: «Il est également tout aussi fou d’assister à un tel événement, en particulier lorsque le candidat vous oblige à signer un document le dégageant de toute responsabilité si vous attrapez la COVID-19.» Anthony Scaramucci, un ancien directeur des communications de Trump, a qualifié d’«égoïste» et «d’irresponsable» la renonciation de responsabilité exigée. C’est encore une indication que Trump est prêt à tout pour se faire réélire. Même à mettre la vie de ses idiots de partisans en danger. 

Les républicains en général et les partisans de Trump en particulier ne se soucient guère de se protéger contre le coronavirus. Trump leur a dit que ce n’était pas vraiment nécessaire. Signe de la stupidité des partisans de Trump: leur manque de confiance dans les chercheurs médicaux. Seulement 31% des républicains ont confiance dans leurs travaux.

La fausse perception républicaine de leur invulnérabilité au coronavirus pourrait être due au fait que les premières victimes de la COVID-19 étaient de façon disproportionnée afro-américaines, des gens qui soutiennent massivement les démocrates. 

Fin mai, seulement 21% des décès attribués à la COVID-19 étaient enregistrés dans les régions qui ont voté Trump en 2016. Les cas de coronavirus augmentent maintenant rapidement dans les zones rurales et périurbaines qui appuient fortement Trump en Arizona, en Floride, en Caroline du Sud, en Arkansas et au Texas.

On va maintenant voir jusqu’où va la stupidité sociale et personnelle des partisans de Trump. Vont-ils se rendre compte du danger, maintenant que les cas d’infections grimpent en flèche dans les régions qui soutiennent Trump? Les États républicains sont parmi les plus arriérés du pays. Ils ont aussi les populations le plus vulnérables des États-Unis avec leurs infrastructures sanitaires inadéquates et des investissements publics en santé faibles. Et c’est sans compter que les pertes d’emplois y on conduit des millions de personnes à être privées d’assurance maladie.

L’augmentation des cas de virus dans ces États changera-t-elle les attitudes républicaines fasse au coronavirus? Je crains que leur stupidité sociale et leur soutien inconditionnel à Trump les conduisent au désastre. Nous verrons bien le résultat au cours des prochains mois.



Source link

scroll to top