(Dé)confinement et COVID-19 : participez à l’enquête


Préparer le monde de demain, celui d’après la crise du coronavirus, Oui, à condition de tirer les enseignements de cette période totalement inédite du confinement que nous venons de vivre et celle, tout aussi délicate du déconfinement qui a débuté en France il y a maintenant un peu plus d’un mois.

De nombreux chercheurs se penchent sur la façon dont nous avons vécu le confinement. Période de retour sur soi pour les uns, d’introspection, de réflexion aussi sur les priorités que l’on veut donner à sa vie, sur la façon dont on veut revoir les projets à l’aune d’un nouveau monde qui vient. Pour d’autres, période angoissante et contraignante, où il a fallu se mettre au télétravail ou prendre des risques pour continuer à aller au travail, vivre en famille en permanence, serré dans un petit appartement, faire école aux enfants, etc.

D’ores et déjà, les premiers résultats de ces enquêtes commencent à arriver, comme ceux de l’enquête « (Dé) confinement et Covid-19 », conduite par Évelyne Barthou, Yann Bruna et Gaëlle Deletraz, de l’université de l’UMR-Passages du CNRS à l’université de Pau et des pays de l’Adour.

« Dans un premier temps, notre objectif était de pouvoir étudier les rapports à l’espace et au temps des personnes en période de confinement, leur gestion des différents temps de vie (personnels et professionnels) et la place des TIC (technologies de l’information et de la communication) dans leur quotidien, et ce, en analysant précisément les contraintes fortes qui s’imposent aux acteurs mais aussi leur capacité d’action et les stratégies d’adaptation mises en place », expliquent les chercheurs.

Pratique du sport (38 % des femmes en ont fait plus), sorties (44 % des jeunes ne sont jamais sortis), découverte du télétravail pour 48 % des répondants, réorganisation du quotidien, consommation de produits culturels, façon de s’informer, perception du week-end, etc. Les premiers résultats, très détaillés, montrent bien qu’il n’y a pas eu un mais des confinements.

« À la suite des premiers résultats obtenus, notre objectif est maintenant de recueillir l’expérience, objective et subjective, de la crise sanitaire et le ressenti des personnes pendant la période de déconfinement, mais aussi de mesurer l’impact de cette expérience de la crise sanitaire sur leurs projections vis-à-vis des transitions écologique et numérique », indiquent les chercheurs.



Source link

scroll to top