Éclosion de COVID-19 à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont


Après les CHSLD, le coronavirus étend maintenant sa propagation dans les hôpitaux de la métropole. La COVID-19 s’est infiltrée dans le bâtiment principal du centre hospitalier Maisonneuve-Rosemont dans Rosemont-La Petite-Patrie forçant le report de plusieurs chirurgies.   

• À lire aussi: Avec plus de 1000 décès, le masque va devenir une norme sociale à Montréal 

Huit unités de soins sur 13 sont aux prises avec une éclosion du virus qui complexifie le déroulement des activités dans tout l’hôpital. De plus, quatre des cinq unités en chirurgies doivent juguler les cas de COVID-19.   

«Les gens travaillent très fort. Les ressources sont très utilisées, mais nous avons la tête hors de l’eau», a dit le chef des soins intensifs, le docteur François Marquis, en entrevue à LCN. 

«Nous sommes relativement habitués d’avoir une urgence pleine. Les soins intensifs tiennent la route, nous avons encore une marge de manœuvre, qui n’est pas immense, mais c’est une marge de manœuvre que nous sommes habitués de gérer.» 

Les lits manquent aussi pour les futurs patients. Beaucoup de gens âgés, qui ne sont pas en mesure de réintégrer leur CHSLD, occupent des lits dans l’établissement. Le taux d’occupation de l’urgence est aussi préoccupant avec 115%, ce midi. «C’est plus difficile dans les étages où la pression est plus forte, car il y a des unités qui sont COVID +. Si on veut monter des gens de l’urgence ou rouvrir des secteurs, on ne peut pas utiliser des lits COVID positifs», a ajouté le médecin. 

«Ceux qui travaillent le plus fort présentement sont ceux qui font la gestion des lits pour être capables de caser un peu tout le monde.» 

Certains types de chirurgies qui nécessitent une hospitalisation sont donc annulés afin d’assurer la sécurité des patients. Les chirurgies d’un jour sont quant à elles maintenues.    

«Depuis quelques jours, on freine le volet des chirurgies qui nécessite une hospitalisation, car on pourrait exposer des gens étant donné nos milieux en éclosion. On n’a pas d’unité chirurgicale en ce moment qui demeure froide. Nous allons repartir les activités quand on sera en mesure de le faire dans une aile dédiée et froide», explique la Dre Martine Leblanc du (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.   

Selon le docteur Marquis, les services d’oncologie, d’hématologie ou de celui dédié aux accouchements ne sont pas touchés par des éclosions de COVID-19. 

«L’hôpital est très handicapé par la COVID parce que ce sont une partie de nos lits qui ne sont pas utilisables, c’est une partie de notre personnel qui n’est pas disponible. Je ne peux pas dire qu’il n’y a pas un impact très important sur notre offre de service. Mais est-ce qu’on est à un point de rupture où il faut lancer des feux d’artifice en disant au secours, le bateau coule? Je ne pense pas qu’on est rendu là.» 

 


 

Par ailleurs, l’hôpital Sacré-Coeur et l’hôpital Santa Cabrini sont aussi touchés par le coronavirus.   

Selon le plus récent bilan des autorités, 12 487 cas de la COVID-19 sont confirmés dans la métropole qui totalise 1039 décès, dont 80% en CHSLD.   

Les décès dus au coronavirus à Montréal représentent 61,8 % des morts de la province.            



Source link

scroll to top