Face au Covid-19, la course au vaccin bat son plein


Quelques mois après le déclenchement de la pandémie de Covid-19, plusieurs vaccins commencent à être testés sur l’humain. Une avancée fondamentale pour enrayer la progression du virus même s’il reste beaucoup d’interrogations.

Alors que gouvernements et groupes pharmaceutiques réfléchissent au moyen de développer des vaccins contre le Covid-19 et d’en réserver éventuellement les premières doses au personnel soignant, plusieurs candidats sont sur les rangs et tentent de se démarquer.

Sur la centaine de vaccins en cours de développement dans le monde, huit au moins sont entrés dans la phase des tests cliniques chez l’humain, dont plusieurs mis au point par [l’américain] Pfizer et la société de biotechnologies Moderna. Dans le même temps, des géants comme [l’américain] Johnson & Johnson, [le Britannique] AstraZeneca et [le français] Sanofi augmentent leurs capacités afin de pouvoir produire des centaines de millions de doses de leur vaccin ou de celui d’un de leurs partenaires.

Ces efforts s’inscrivent dans une grande course contre la montre, y compris à la Maison-Blanche. L’objectif : trouver les financements nécessaires pour accroître les capacités de production et de dépistage et disposer d’un vaccin aux États-Unis dès l’automne prochain.

Période de développement courte

Un vaccin sûr et efficace est le meilleur moyen de lutter contre le Covid-19, la maladie provoquée par le nouveau coronavirus, et de réduire les contaminations, affirment les autorités sanitaires. Les groupes pharmaceutiques travaillent d’arrache-pied pour mettre au point un potentiel vaccin le plus vite possible.

Il n’est toutefois absolument pas certain que les vaccins candidats, même les plus avancés, seront efficaces après une période de développement aussi courte. Certains traitements, comme ceux à l’étude chez Pfizer et Moderna, sont basés sur des technologies relativement nouvelles et qui n’ont pas encore été approuvées.

Une fois l’efficacité d’un traitement établie par des tests cliniques, les industriels comptent sur la diligence de la Food and Drug Administration (FDA) pour en autoriser l’usage – même si l’agence ne dispose pas de tous les éléments ordinairement requis pour une mise sur le marché.

Le 1er mai, la FDA a autorisé en urgence l’utilisation du remdesivir développé par Gilead Sciences quelques jours seulement après qu’une étude a démontré que ce traitement permettait de réduire la durée d’hospitalisation de malades souffrant du Covid-19.

L’agence s’est

[…]

Peter Loftus

Lire l’article original

Source

C’est la bible des milieux d’affaires. Mais à manier avec précaution : d’un côté, des enquêtes et reportages de grande qualité ; de l’autre, des pages éditoriales tellement partisanes qu’elles tombent trop souvent dans la mauvaise foi la plus

[…]

Lire la suite





Source link

scroll to top