Face au Covid-19, Lisbonne réagit tardivement et durcit le ton


Le gouvernement a décidé de durcir les restrictions et la loi. L’objectif : empêcher les apéros des jeunes le soir pour tenter d’endiguer la résurgence de l’épidémie constatée dans la région lisboète. Une réaction tardive, selon Público.
 

La fête est finie. Après un gros relâchement, qui s’est soldé par une hausse inquiétante des cas de Covid-19 dans la région de Lisbonne, le gouvernement portugais a décidé de réagir. Le 22 juin, le Conseil des ministres a approuvé de nouvelles restrictions, en vigueur depuis ce matin. “Un premier recul depuis le début du déconfinement”, constate en une Público.

Désormais, dans les 15 municipalités les plus touchées de l’aire métropolitaine de Lisbonne, tous les commerces et bars doivent fermer à 20 heures (sauf les restaurants), les rassemblements de plus de dix personnes et la consommation d’alcool sont interdits sur la voie publique et les stations-service ne peuvent plus vendre d’alcool.

Surveillance policière accrue

L’exécutif a aussi décidé de durcir la loi et renforcer les contrôles policiers, surtout pour empêcher les jeunes de se réunir le soir. Ceux qui ne respectent pas les règles s’exposent à des amendes de 120 à 350 euros et à une peine d’un an d’emprisonnement (voire deux si la personne interpellée est à l’origine d’un rassemblement illégal).

Dans son éditorial, Público regrette ce durcissement tardif :

Dommage que cette réaction du gouvernement ne soit pas survenue il y a un mois, alors que les données sanitaires à Lisbonne montraient déjà, sans aucun doute possible, que quelque chose n’allait pas. Mais il y a pire que cette erreur de calcul : c’est d’avoir tourné le dos à la réalité et de s’être obstiné.”

Pas de Saint-Jean ce soir à Porto

À Porto, l’heure n’est plus à la fête non plus. Celle de la Saint-Jean est d’ailleurs annulée ce mardi 23 juin, tout comme l’avait été la Saint-Antoine il y a dix jours à Lisbonne. C’est inédit, rapporte le Jornal de Notícias, qui constate ce matin en une que “la ville s’emplit de silence”. Même lors de la grippe espagnole en 1918, cette fête séculaire avait été célébrée.

Mais cette année, c’est hors de question. D’autant que 71 nouveaux cas de Covid-19 viennent d’être détectés dans la région de Porto. La ville de Matosinhos, toute proche, a décidé de fermer ses plages le 23 juin, de 19 heures jusqu’à 9 heures le lendemain matin, pour éviter que les jeunes ne s’y rassemblent et fassent la fête.

Source

Lancé en mars 1990, “Public” s’est très vite imposé dans la grisaille de la presse portugaise par son originalité et sa modernité. S’inspirant des grands quotidiens européens, il propose une information de qualité sur le monde.
Tous comme ses

[…]

Lire la suite





Source link

scroll to top