Fêter au temps de la COVID-19


Je suis admiratif face à l’imagination et aux efforts déployés par le personnel des écoles pour faire vivre la fin du secondaire à leurs élèves. De la remise de diplôme à l’extérieur sous les yeux des parents assis dans leur voiture au bal virtuel de finissants, des personnes de tous horizons s’emploient à souligner avec force ce rite de passage si précieux dans un cheminement de vie.

Notre ami Emmanuel aura 50 ans le 16 juin prochain. Un tel anniversaire est généralement l’occasion de fêter en grande pompe avec tous les amis que la vie nous permet de réunir. Malheureusement pour Emmanuel, il quittera sa quarantaine à un mauvais moment alors qu’il ne peut y avoir de rassemblements de plus de 10 personnes et que la réouverture des restaurants ne sera pas encore faite.

Son amoureuse Klaudia ne s’est toutefois pas laissé démonter par les mesures de confinement et a voulu absolument que son chum ait un souvenir inoubliable de ce passage vers la cinquantaine. Il faut dire que Klaudia est enseignante et que les plans B font partie intégrante de sa profession.

À défaut de pouvoir réunir les amis, elle a invité chacun à écrire une lettre à son amoureux pour lui manifester affection et bons vœux. De plus, elle mènera quelques visioconférences avec eux en compagnie d’Emmanuel pour qu’il puisse ressentir en direct cette grande vague d’amitié. 

Ce ne sera pas le souper gastronomique dans le grand restaurant, il y a cependant de grandes chances que ce cinquantième anniversaire laisse une plus grande empreinte dans la vie du jubilaire avec la façon dont il aura été accentué par les amis avec la complicité de Klaudia.

Pour la plupart des lecteurs, Emmanuel et Klaudia demeurent anonymes. Toutefois, il est possible pour chacun de penser à une connaissance qui vivra un rite de passage important et d’imaginer sa propre façon d’accompagner cette transition pour un être cher.

Quoique demeurant anonyme pour vous, Emmanuel a tout de même inspiré quelques-unes de mes chroniques au fil du temps. J’ai particulièrement en tête la notion de création destructrice et l’importance du beau dans la construction du monde. Ses réflexions m’ont amené à pousser plus loin les miennes sur la nécessaire intervention de l’État dans les transitions économiques et les gestions de crise. 

C’est le hasard de la vie qui nous a fait rencontrer Emmanuel alors que tout nous distinguait sur le spectre politique. Ma conjointe et moi sommes plutôt à gauche et partisans d’un interventionnisme d’État prononcé alors qu’Emmanuel carbure à l’entrepreneuriat et à l’initiative individuelle, nous solidaires, lui solitaire. Pourtant, dès la première rencontre la chimie s’est opérée et il s’est dégagé une complicité bon enfant que les analystes politiques auraient du mal à comprendre.

En fait, la gauche et la droite ne sont pas si loin sur le spectre lorsqu’on se rappelle qu’il y a avant tout des humains en quête de bonheur. Emmanuel, Pauline se joint à moi pour te souhaiter un bon anniversaire et t’encourager à continuer d’être original pendant encore de nombreuses années.

J’en profite aussi pour souhaiter une bonne graduation à tous les étudiants en espérant que, comme pour Emmanuel, quelqu’un aura vu à ce que ce soit un moment grandiose et inoubliable!



Source link

scroll to top