Grèce : sur un ferry à l’heure du covid-19


Une semaine après l’ouverture des frontières, le retour des touristes en Grèce reste timide selon notre correspondant qui a embarqué depuis Athènes à destination de Paros. En temps normal, cette île des Cyclades est prise d’assaut.

Cette fois, les places ne manquent pas à bord de ce ferry. Certes, les bateaux n’ont encore le droit d’embarquer que 65% de leurs passagers habituels.

Mais cette capacité n’est pas encore atteinte, nous dit le capitaine du « Blue Star Delos », Kyriakos Chorianopoulos. « Par rapport à l’année dernière, le nombre de passagers a chuté. C’est le cas à la fois pour notre bateau et pour la fréquentation des îles« , dit-il.

Un formulaire d’information détaillée est exigé de chaque passager avant d’embarquer.

En outre chaque cabine est régulièrement désinfectée. Jusqu’à deux personnes peuvent s’y installer, quatre s’il s’agit d’une même famille.

un protocole strict en cas de suspicion de coronavirus

« Si un des passagers présentait des symptômes suspects, un protocole spécial serait activé« , explique notre correspondant Panos Kitsikopoulos, « ce passager serait isolé dans une cabine spécifique jusqu’à ce que le bateau rejoigne un port, il serait ensuite confiée aux autorités locales« .

On ne peut pas non plus s’asseoir n’importe où. Bien sûr le port du masque est obligatoire, y compris sur les ponts extérieurs. Des stewards sont présents pour orienter les passagers parmi ces nouvelles règles.

port du masque obligatoire

« Porter le masque dans tous les espaces du navire, éviter les grands rassemblements, nous rappelons aux passagers de garder leurs distances à tout moment« , détaille l’un d’eux, Petros Polias. « Toutes les surfaces sont constamment désinfectées pour éviter de propager un éventuel virus« .

« Il y a de l’anxiété« , reconnaît cet autre, « mais la responsabilité dont fait preuve le personnel et les mesures qui sont appliquées envers nos clients et nos collègues assurent notre sécurité« 

Au bar, les clients doivent rester à un mètre et demi de distance les uns des autres et le paiement par carte bancaire est recommandé.

Au final, notre journaliste est bien arrivé. « Ce n’était pas si dur » conclut-il. « Il suffisait de porter son masque et de garder ses distances pour se sentir en sécurité« .



Source link

scroll to top