Hertz aussi victime du Covid-19


Avec les restrictions des déplacements et le tourisme qui bat de l’aile, tandis que de nombreuses compagnies aériennes sont déclarées les unes après les autres en faillite, l’industrie de la location de véhicules n’échappe pas aux effets néfastes de cette terrible pandémie de COVID-19.

On apprend, en effet, via un rapport du Wall Street Journal relayé par Business Insider que Hertz, la mythique boîte du domaine de la location de voitures, vient de déposer le bilan auprès de la Cour des faillites des États-Unis de Wilmington (Delaware).

Crédits Pixabay

D’après les informations, la démarche effectuée afin de se mettre sous la protection du Chapitre 11 a eu lieu vendredi dernier. Une nouvelle à laquelle le marché n’a pas tardé à réagir. Quelques heures après ce dépôt de bilan, les actions en bourses d’Hertz ont ainsi chuté de 50 %.

Environ 19 milliards de dollars en dettes ont contraint Hertz à déposer le bilan

Hertz croulait pour ainsi dire sous les dettes. Selon les indiscrétions du Wall Street Journal, l’entreprise devait en totalité dans les 19 milliards de dollars en dettes.

La majeure partie, environ 14,4 milliards de dollars sont à endosser pour le parc de véhicules de la boîte. En outre, la bagatelle de 4,3 milliards de dollars rassemble les obligations et les divers prêts contractés auprès de diverses sociétés. Face à ces créances, Hertz n’a pas été en mesure de payer ce qu’il devait.

Malgré tout, l’entreprise a mené des efforts pour tenter d’enrayer la spirale. En avril, alors que le COVID-19 battait déjà son plein, l’entreprise a ainsi licencié 10 000 de ses employés, soit 26 % de son effectif. La boîte a même vendu en ligne au moins 20 Corvette Z06, à très bas prix.

Mais rien à faire, Hertz a dû déposer le bilan pour se mettre sous la protection du Chapitre 11, vendredi dernier.

A lire aussi : Les Oscars 2021 pourraient être repoussés à cause du Covid-19

Hertz était déjà au bord du gouffre, mais cette pandémie n’a pas arrangé pas les choses

Il est important de préciser que les affaires d’Hertz allaient de plus en plus mal, bien avant cette pandémie de COVID-19. En effet, avec la mainmise d’Uber et de Lyft, célèbres concurrentes de la boîte, la concurrence était particulièrement rude.

Par ailleurs, selon les informations, Hertz aurait même envisagé de déposer le bilan dès le mois d’avril. Pour dire que les affaires allaient particulièrement mal et qu’elle prévoyait déjà qu’elle ne parviendrait pas à régler ses dettes.

Pour information, Chapitre 11 fait référence à la Loi sur les faillites du Code du commerce aux États-Unis. Lorsqu’une entreprise se déclare incapable d’honorer ses dettes, elle peut déposer le bilan et demander à se mettre sous la protection de cette loi afin de disposer de temps pour procéder à une réorganisation de l’entreprise et une restructuration de ses dettes, sans toutefois les annuler.

On entend également souvent parler du Chapitre 7, qui concerne, quant à lui, la liquidation judiciaire tout simplement.








Source link

scroll to top