« Il existe deux virus : la COVID-19 et le racisme », juge l’organisatrice de la manifestation de Montréal


Contrairement à ce que plusieurs québécois pensent, le racisme n’est pas un problème exclusivement américain, affirme l’organisatrice de la manifestation à la mémoire de George Floyd qui s’est tenue à Montréal dimanche soir.

• À lire aussi: Trudeau offre son soutien aux manifestants pacifiques contre le racisme

• À lire aussi: «Justice contre le racisme et la brutalité policière»

• À lire aussi: Profilage racial à Montréal : « Il faut que les élus se réveillent! », plaide un ancien agent de la GRC

« Nous avons la mémoire courte, avance Stéphanie Germain, également membre de Hoodstock, une organisation qui se bat pour éliminer les inégalités systémiques. Les histoires (d’injustice) ne sont plus que des anecdotes et des faits divers. Elles se passent à Repentigny, à Montréal-Nord, et partout au Québec. » 

Elle fait référence à un rapport indépendant publié en octobre dernier qui a démontré que les personnes noires, arabes et autochtones étaient de 3 à 5 fois plus susceptibles que les blancs de se faire interpeller par le SPVM.

« Si vous croyez qu’il n’y a pas de racisme, allez voir les statistiques », justifie Mme Germain.

Écoutez l’entrevue intégrale de Stéphanie Germain.



Source link

scroll to top