« il y a une demande croissante en Côte-d’Or »


« On a une demande croissante, les gens veulent savoir ». Pour Jean-René Maurin, biologiste au sein du groupe BC Lab à Dijon, ce besoin de savoir se traduit dans le nombre de tests réalisés chaque jour en Côte-d’Or, en  moyenne entre 60 et 80 tests sérologiques sont réalisés chaque jour dans l’un des 19 laboratoires du groupe en Côte-d’Or et en Haute-Marne.. Et pour lui, si le public se presse pour faire ces tests, c’est « pour se rassurer. » « Les gens veulent savoir si les symptômes qu’ils ont eus étaient ceux du Covid et s’ils ont développé ces fameux anticorps censés nous protéger, même si on ne sait pas encore si c’est vraiment le cas, mais au moins qui prouveraient l’infection, ce qui les soulagerait. »

Un public varié avec des motivations diverses

Dans ce laboratoire du groupe, place du Théâtre à Dijon, les patients peuvent venir sans rendez-vous pour se faire dépister au Covid-19, « mais uniquement s’ils ne présentent pas de symptômes », précise l’une des secrétaires médicales. Et les profils sont assez variés, selon Pegguy Gleyo,, technicienne prèleveuse. « Ce ne sont pas des personnels de santé mais en  général des retraités, ça va de l’asymptomatique à quelques fièvres ou un état grippal. »

« Ils veulent savoir ! »

Une envie de savoir qui a poussé cette sexagénaire à venir se faire tester, « j’ai fait le test dès que c’était possible, j’ai eu quelques symptômes et je voulais savoir. C’est important. « Pour d’autres, c’est une demande de leur employeur. Pauline est une jeune parisienne confinée à Dijon, qui va devoir reprendre son travail sous peu dans la capitale « je viens faire ce test aujourd’hui car mon employeur me l’a demandé afin de pouvoir retourner au travail, et pour protéger l’ensemble des salariés. » Une démarche qu’elle comprend même si pour la jeune femme de 27 ans, « on n’est pas sûr encore à 100% de ce test, en plus on le fait une semaine avant la reprise mais qui me dit que je ne vais pas contracter le virus en rentrant à Paris dans les transports? »

40 euros à la charge du patient

Le prix du test, est d’un peu moins de 40 euros, à la charge du patient. L »arrêté de remboursement par la Sécurité sociale devrait être publié dans les prochains jours au Journal officiel par le ministère de la santé. Mais un remboursement qui ne concernera que certaines catégories de personnes. Ce prix est-il un frein ? Pour Claude 55 ans, qui a vécu le confinement avec sa mère âgée de 90 ans, « on aimerait bien le faire mais financièrement c’est quand même un coût important. Ça devrait être obligatoire et gratuit ». Mais pour les plus jeunes comme Jessica,« la santé n’a pas de prix, s’il le faut je le ferai même pour ce prix là. »

On le rappelle ces tests sérologiques ne permettent pas de détecter le virus contrairement aux tests PCR, qui sont eux réalisés sur rendez-dans certains laboratoires du groupe.

Des tests PCR pratiqués ici sur le parking du laboratoire BC Lab, parc de l’Europe.à Dijon. © Radio France
Stéphanie Perenon

Des tests sérologiques, qui représentent aussi pour Jean-René Maurin, « un intérêt épidémiologique », pour nous informer sur l’étendue de l’épidémie.



Source link

scroll to top