Ils ont vaincu la COVID-19: Chants et danses pour vaincre la COVID


Transférée au CHSLD « sous surveillance » de Sainte-Rose à Laval au début mai, une femme a rapidement attrapé la COVID, mais a réussi à vaincre la maladie, notamment grâce aux encouragements des préposées aux bénéficiaires. 

• À lire aussi: Ils ont vaincu la COVID-19

« Mme Dorais, ce qu’elle voulait entendre, c’est la chanson Il est où le bonheur », relate Nathalie Bourque, une employée du CISSS de Laval qui est allée prêter main-forte dans plusieurs CHSLD.

Après avoir travaillé au CHSLD Val des Arbres, où l’armée est également allée aider en raison de la « désorganisation » qui y régnait, Mme Bourque a été transférée au CHSLD de Sainte-Rose. 

La préposée y a fait la connaissance de Jacqueline Dorais, une femme de 83 ans qui venait d’être déclarée positive à la COVID.

« Il fallait s’occuper de leur moral, j’étais convaincu de ça », confie Mme Bourque, forte de son expérience à Val des Arbres. 

Tout en respectant la distanciation, les employés ont donc fait des activités avec les bénéficiaires atteints de la COVID, mais en voie de guérison. « Il y a deux personnes en particulier, j’étais sûre qu’elles allaient mourir et elles sont guéries », se réjouit Mme Bourque.

De la musique

Cette dernière a même fait une vidéo où l’on voit les bénéficiaires chanter et bouger au son de la musique. De ce nombre, Jacqueline Dorais avait demandé aux préposés de chanter et bouger sur la chanson Il est où le bonheur, de Christophe Maé. 

Mme Dorais avait été admise au CHSLD Sainte-Rose le 7 mai, après avoir passé plusieurs semaines à l’hôpital.

« J’ai eu la bibitte une semaine après », dit-elle en parlant du virus. Déclarée positive, la femme confinée à un fauteuil roulant dit avoir principalement eu mal à la gorge et été incapable de parler pendant quatre jours. 

Évidemment, Mme Dorais a aussi eu des quintes de toux au pire de la maladie, mais elle affirme avoir traversé l’épisode relativement bien. « Ça ne m’a pas fait peur, mes poumons étaient corrects et ma respiration aussi », explique-t-elle.

La dame, qui s’est retrouvée paralysée du jour au lendemain il y a quelques années avec d’importantes douleurs aux jambes, a beaucoup aimé les séances de danse pendant qu’elle gagnait sa bataille contre la COVID.

« J’ai eu une belle relation avec Nathalie, quand ça allait mal, elle était là pour nous aider », dit Mme Dorais qui a eu deux tests négatifs depuis. 



Source link

scroll to top