Inquiétude autour de la sécurité alimentaire au Nigéria en plein Covid-19


Copyright de l’image
AFP

Image caption

Le Nigeria a essayé de stimuler la production nationale de riz

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a déclaré que les agriculteurs nigérians doivent produire suffisamment pour que le pays puisse manger, affirmant que le pays n’a « pas d’argent pour importer » de la nourriture.

Ces propos font suite aux inquiétudes concernant l’insécurité alimentaire durant la pandémie de coronavirus et la hausse des prix des denrées alimentaires dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Selon le programme des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (PAM), même avant la crise du Covid-19, les agriculteurs n’avaient pas été en mesure de satisfaire la demande de la population du Nigeria, qui compte quelque 200 millions d’habitants.

Bien que le secteur agricole reste un employeur important, il a été négligé pendant des années, l’économie du pays étant fortement axée sur les revenus du pétrole.

Le Nigeria tente depuis un certain temps de stimuler la production nationale de riz, en réprimant les importations de contrebande de Thaïlande par la fermeture des frontières terrestres du pays l’année dernière.

Avant cette interdiction, le Nigeria importait chaque année plus d’un million de tonnes de riz de Thaïlande.

Aujourd’hui, il n’autorise le passage du riz étranger que dans ses ports et impose des taxes d’importation élevées.

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté au Nigeria depuis l’apparition du coronavirus et les recettes publiques ont été durement touchées par la chute des prix mondiaux du pétrole.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que la plus grande économie d’Afrique se contractera de 1,5 % en 2020.



Source link

scroll to top