« La médecine ne relève pas d’un coup de poker »


Tribune. Lors de la crise sanitaire liée au Covid-19, certains veulent faire croire que l’intuition ou le « bon sens » médical seraient suffisants pour décider de l’efficacité et de la sécurité d’un traitement. Ils déclarent être les tenants d’une « éthique du traitement » qui serait opposée à une « éthique de la recherche ».

Surfant sur la vague de la désinformation et persuadés de l’adhésion de la population, ils proposent même des « sondages » pour appuyer leurs hypothèses médicales, comme si la décision médicale pouvait être un quiz géant auquel n’importe qui pourrait participer.

Lire aussi Coronavirus : huit questions sur l’hydroxychloroquine, possible traitement du Covid-19

Nous, médecins et soignants, qui, depuis plusieurs mois, travaillons sans relâche à soigner les malades qui nous sont confiés, à leur procurer les meilleurs traitements dont nous disposons, à les soutenir humainement et médicalement ; nous, chercheurs, qui travaillons sans cesse à mieux comprendre le Covid-19, à en définir les facteurs de risque et l’évolution et à trouver, parmi les pistes thérapeutiques, les médicaments qui auront le plus d’efficacité et de sécurité pour soigner cette maladie ; nous, associations, qui nous efforçons d’apporter l’information la plus juste et rigoureuse sur cette épidémie à celles et ceux avec qui nous agissons, estimons qu’il est de notre devoir de réagir à ces propos.

« Il est irresponsable de se concentrer sur un seul “protocole” proposé sur la base d’études bâclées et d’une simple croyance »

Il nous semble tout d’abord essentiel de rappeler certains éléments sur le Covid-19. Face à cette maladie émergente que nous ne connaissions pas voici quelques mois, il n’y a pas, de façon évidente, « un traitement qui marche ». Les données actuelles de la médecine et de la science ne permettent toujours pas de savoir quels médicaments sont efficaces et à quel stade de la maladie. Il serait actuellement faux de prétendre le contraire.

De nombreux médicaments candidats sont présentés à la communauté scientifique et médicale, et leur évaluation rigoureuse est indispensable afin de savoir s’ils sont bénéfiques ou délétères pour les patients. Il est irresponsable, dans la situation actuelle, de se concentrer sur un seul « protocole » proposé sur la base d’études bâclées et d’une simple croyance, si bruyamment martelée et assénée soit-elle.

Stratégies thérapeutiques

Même s’il n’y a pas de médicament efficace connu à ce jour, nous prenons bien sûr en charge les patients depuis le début de l’épidémie. Cette prise en charge associe le traitement des symptômes, l’hospitalisation quand elle est nécessaire, le support respiratoire pour les patients qui en ont besoin, la prévention des complications thromboemboliques, la surveillance et le suivi, pour ne citer que quelques éléments.

Il vous reste 63.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

scroll to top