la technologie de traage de contacts Apple-Google suscite l’intrt dans 23 pays, mais les autorits ne devraient pas exiger des numros de tlphone des utilisateurs


Les applications des gouvernements, qui ont choisi lapproche dcentralise base sur Interface de programmation Apple-Google pour faire du traage des contacts visant endiguer la chane de contamination au coronavirus, devraient commencer proposer leurs applications ds mercredi. La technologie de recherche de contacts covid-19 des deux gants amricains est maintenant prte, ont annonc mercredi les socits lors de la sortie de la version initiale de leur systme. Les autorits de 23 pays sur les cinq continents, y compris un certain nombre dtats amricains et 22 autres pays, ont reu l’accs la technologie qui a t conue pour aider les gouvernements mieux suivre et contenir la propagation du virus, ont dclar les entreprises, selon Reuters.

Apple et Google ont lanc leur technologie iOS-Android de traage des contacts pour aider les responsables de la sant publique dvelopper des applications mobiles qui peuvent identifier et tester les personnes ayant pass du temps avec ou proximit d’une personne infecte par le coronavirus, ont annonc les deux socits dans leur communiqu. Les applications mobiles utilisant cette technologie peuvent suivre les utilisateurs qui se trouvent proximit d’une personne infecte pendant au moins cinq minutes et les avertir de manire anonyme.

Apple et Google collaborent depuis plusieurs semaines sur l’API  Exposure Notification . Comme prvu, l’API utilisera la technologie Bluetooth, qui se trouve sur tous les smartphones et certains tlphones des gnrations prcdentes, pour changer des cls entre tlphones. Si un utilisateur est test positif au covid-19, il peut en informer son application de traage de contacts, qui utilisera l’API pour envoyer des notifications d’exposition aux personnes avec lesquelles il a pu entrer en contact. L’API ne recueillera pas de donnes de localisation et ne pourra pas identifier les utilisateurs.

Plusieurs pays devraient dployer des applications covid-19 bases sur lAPI  Exposure Notification 

Apple et Google fournissent l’API, mais les pays devront dvelopper leurs propres applications de recherche de contacts. Afin de promouvoir l’adoption et d’viter la fragmentation, l’utilisation de l’API sera limite une seule application par pays, avec quelques exceptions si un pays a opt pour une approche nationale ou rgionale. Apple et Google ont dclar que 22 pays et plusieurs tats amricains, dont l’Alabama, le Dakota du Nord et la Caroline du Sud, prvoient d’utiliser l’API pour leurs propres applications.

Alors que les pays sont en train de dployer des mesures dassouplissement des restrictions imposes ces derniers mois dans le cadre de la pandmie, l’utilisation d’applications pour acclrer la recherche des contacts est apparue comme un outil pour viter des nouvelles vagues de contamination. Elle pourrait aider les autorits tester un plus grand nombre de personnes potentiellement infectes qu’elles ne le feraient normalement en se basant sur le rappel de mmoire des interactions rcentes par les patients.

Dans une dclaration, le gouvernement du Dakota du Nord, Doug Burgum, a dcrit la technologie des smartphones comme tant  essentielle pour remettre les communauts et les conomies sur pied et les faire fonctionner , a rapport Reuters. Le Dakota du Nord, qui a propos la premire application amricaine de recherche de contacts, a dclar mercredi Reuters qu’il laisserait sa premire application Care19, utilis comme outil de suivi de localisation pour aider les patients rafrachir leur mmoire. Mais il lancera galement une nouvelle application  Care19 Exposure  base sur la technologie Apple-Google.

Les dveloppeurs d’applications de traage de contacts pour l’Autriche, l’Allemagne et la Suisse ont galement dclar Reuters cette semaine qu’ils allaient de l’avant avec la technologie Apple-Google et qu’ils taient satisfaits de ne pas connatre les numros de tlphone des utilisateurs. En Europe, lAllemagne, la Suisse, lIrlande, les Pays-Bas, la Lettonie et lItalie utilisent lAPI  Exposure Notification  qui garantit un bon fonctionnement des applications sur les smartphones Android et iOS.

D’autres gouvernements couvrent leurs paris, selon Reuters. La Norvge prvoit de comparer l’efficacit de son application Smittestopp avec une application base sur lAPI Apple-Google, a dclar dans une interview Gun Peggy Knudsen, directrice adjointe par intrim de l’Institut norvgien de la sant publique. Smittestopp, qui dispose d’un budget de dveloppement d’environ 5 millions de dollars, accde la localisation GPS et ncessite des numros de tlphone, selon Reuters. Mais son utilisation est limite en raison du faible nombre de nouvelles infections.

 Si le traage est tellement meilleur avec l’outil Apple-Google, alors peut-tre devrions-nous changer et rflchir ce que nous devons faire pour effectuer ce changement , a dclar Mme Knudsen.

Des problmes avec lapplication des pays qui ont cherch dvelopper leur propre technologie

Apple a ajout une fonctionnalit de lAPI l’iOS 13.5, publi mercredi, de sorte que ses appareils devraient fonctionner avec l’API et les applications iOS qui l’utilisent. Google a lanc ce mme jour une mise jour de Play Store, de sorte que les appareils Android fonctionnant avec la version 6.0 et plus seront compatibles.

Comme prcis par les socits, les gouvernements qui utilisent l’API doivent accepter de n’utiliser la technologie que pour la recherche de contacts covid-19. Les utilisateurs doivent donner leur accord avant que l’application n’utilise l’API et avant de partager un rsultat de test positif. Les utilisateurs peuvent galement activer et dsactiver lAPI. Les applications ne peuvent pas demander l’accs aux donnes de localisation, et elles ne sont pas autorises utiliser les donnes des utilisateurs pour des choses comme la publicit cible.

Malgr les mesures mises en place pour protger la vie prive des utilisateurs (toutes les mtadonnes associes Bluetooth seront chiffres), cela ne signifie pas que les 22 pays et les tats amricains qui ont demand l’API l’utiliseront tous. Certains gouvernements affirment que leurs efforts bass sur les applications seraient plus efficaces s’ils pouvaient suivre les utilisateurs pour identifier les points chauds de transmission du virus et les avertir d’une ventuelle exposition par des appels ou des SMS, plutt que par une notification gnrique.

L’Australie, le Royaume-Uni et d’autres pays qui ont cherch dvelopper leur propre technologie connaissent des problmes, puisent les batteries des appareils et voient leur adoption limite. Le Royaume-Uni a dclar qu’il n’utilisera pas le modle Apple-Google, mais le pays a un plan B qui repose sur lAPI Apple-Google si son application reposant sur un protocole maison ne fonctionne pas. L’Australie avait dj dploy sa propre solution. Mais le gouvernement australien a dclar qu’il tait en pourparlers avec Apple et Google pour amliorer son application COVIDSafe, qui ncessite actuellement des numros de tlphone, des codes postaux et des tranches d’ge, daprs Reuters.

Les dveloppeurs de lapplication StopCovid de la France rencontrent des problmes avec les restrictions Bluetooth dApple, qui refuse de modifier ses paramtres. Le gouvernement a opt pour lapproche centralise du traage covid-19 qui regroupe les donnes des utilisateurs hors de leurs tlphones afin de donner aux autorits de la sant publique plus de possibilits de gestion de la pandmie. Quoi quil en soit, quelle fonctionne ou non, lapplication StopCovid devrait tre prte pour tre prsente lAssemble le 27 mai.

Selon un sondage ralis par le Washington Post et lUniversit de Maryland, prs de 3 Amricains sur 5 ont dclar qu’ils ne seraient pas disposs utiliser la technologie de recherche des contacts de Google et d’Apple, ou qu’ils en seraient incapables.

 L’adoption par les utilisateurs est la cl du succs et nous pensons que ces solides protections de la vie prive sont galement le meilleur moyen d’encourager l’utilisation de ces applications , ont dclar Apple et Google dans une dclaration.  Chaque utilisateur peut dcider d’accepter ou non lAPI Exposure Notification ; le systme ne collecte ni n’utilise la localisation partir de l’appareil ; et si une personne reoit un diagnostic de covid-19, il lui appartient de le signaler ou non dans l’application de sant publique .

Toutefois, selon certaines recherches, une adoption gnralise (une estimation de 60 %) est ncessaire pour que les applications mobiles puissent contribuer efficacement contenir une pidmie. Pensez-vous que lAPI Google-Apple sera largement adopte travers le monde entier ?

Sources : Reuters, Tweet

Et vous ?

Que pensez-vous de la version de lAPI  Exposure Notification  publie mercredi ?
Pensez-vous que lAPI Google-Apple sera, en fin de compte, massivement adopte par les gouvernements ?
Quel commentaire faites-vous de la promesse dabandonner lAPI une fois la pandmie termine faite par Apple et Google ?

Lire aussi

Covid-19 : Apple et Google proposent des exemples de conceptions d’interface pour des apps potentielles de contact tracing, et des restrictions sur la faon dont le systme sera finalement utilis
Apple et Google interdisent l’utilisation de la localisation dans les applications de traage Covid-19, affirmant que le respect de la vie prive des citoyens tait un objectif prioritaire
Apple et Google lancent un outil commun de traage du COVID-19 pour iOS et Android, il se traduira d’abord par une API, puis un outil intgr nativement aux deux systmes
Appli de traage du Covid-19 : comment Apple et Google ont fait plier l’Allemagne. L’Allemagne opte pour la dcentralisation des donnes en se basant sur l’API d’Apple et Google





Source link

scroll to top