l’âge, principal facteur de risque de mortalité


Dans une institution pour personnes âgées, le 4 mai à Princes Risborough (Royaume-Uni). EDDIE KEOGH / REUTERS

Qui meurt du Covid-19 ? Une étude statistique d’une ampleur inédite en Europe apporte une réponse détaillée. Mis en ligne le 7 mai, les premiers résultats du projet Opensafely se basent sur les données médicales de 17 millions de personnes résidant au Royaume-Uni et offrent une analyse des facteurs de risque de décès. Cette étude n’est pas encore publiée dans une revue à comité de lecture.

Sur cette très large cohorte, 5 683 personnes sont décédées du Covid-19 dans des hôpitaux britanniques entre le 1er février et le 25 avril. Les facteurs de risque de mortalité que révèle cette étude menée conjointement par des équipes d’Oxford, de l’université de Leeds, du Centre de recherche national en soins intensifs (ICNARC) et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, corroborent ce que les observations des praticiens et les résultats d’autres études ont déjà montré.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le Royaume-Uni, un des pays les plus touchés en termes de mortalité, se déconfine à tout petits pas

Obésité, diabète, asthme…

Les hommes, les personnes âgées, les plus démunies, celles sujettes à des diabètes non contrôlés ou à des asthmes sévères font partie des populations les plus à risque. Les plus de 80 ans constituent plus de 51 % des décès, les plus de 70 ans 79 % des disparitions. 63 % des morts à l’hôpital étaient des hommes (avec près de deux fois plus de risque de décéder du Covid-19 que les femmes), 36 % souffraient de problèmes cardiaques (deux fois plus de risques de décéder qu’une personne sans ce problème de santé, du même sexe et du même âge). L’obésité constitue aussi un facteur de risque évident – avec, pour les indices de masse corporelle (IMC) supérieurs à 40, près de trois fois plus de risques de mourir qu’une personne non obèse du même âge et du même sexe. Le fait d’avoir un IMC élevé révèle souvent des réponses immunitaires modifiées, un lien avec le diabète et/ou l’hypertension – même si les auteurs ont eu la surprise de constater que cette dernière ne constituait pas un sur-risque.

INFOGRAPHIE LE MONDE

« L’information principale qui ressort de ce travail est le poids majeur, quasi exclusif, de l’âge sur la mortalité du Covid-19 », souligne le docteur Dominique Dupagne sur son blog Atoute.org. Le Haut Conseil de la santé publique avait déjà fixé à 70 ans le seuil pour être considéré comme personne à risque de complications et de décès pour le Covid-19.

Les plus de 80 ans présentent ainsi un risque plus de douze fois supérieur à celui des personnes âgées de 50 à 59 ans, et de 180 fois supérieur à celui des 18-39 ans. Les récents chiffres de l’épidémie en France le montrent aussi. Dans son point épidémiologique arrêté le 12 mai (26 991 décès), Santé publique France souligne ainsi qu’au moins 84 % des décès concernent des personnes ayant des comorbidités et au moins 93 % des morts sont des sujets âgés de plus de 65 ans.

Il vous reste 64.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

scroll to top