Le Covid-19 a-t-il tué la mondialisation ?


La crainte de la contagion et les mesures de confinement appliquées dans le monde entier poussent au repli sur soi et à l’autosuffisance, selon The Economist. Le magazine dit au revoir à la mondialisation, et redoute ce qui va la remplacer.

“Avant même la pandémie, la mondialisation battait déjà de l’aile, affaiblie par la crise financière [de 2008], puis par la guerre commerciale sino-américaine”, rappelle The Economist dans un article intitulé “Le Covid-19 a-t-il tué la mondialisation ?”. Mais les mesures de confinement récemment prises dans le monde entier ont entraîné une fermeture des frontières et une forte perturbation du commerce qui pourraient interrompre la grande période d’intégration des économies entamée dans les années 1990.

“Ces trois coups ont provoqué de telles blessures dans le système du commerce ouvert que tous les puissants arguments en sa faveur ne seront plus audibles”, déplore l’hebdomadaire britannique.

Les conséquences économiques de la crise du Covid-19 sont déjà évidentes, et The Economist en égrène quelques exemples : “Le nombre de passagers à [l’aéroport de Londres] Heathrow a chuté de 97 % par rapport à l’année dernière, les exportations mexicaines de voitures ont reculé de 90 % en avril et 21 % du transport transpacifique de conteneurs ont été annulés en mai.”

Propagation de l’instabilité politique

Alors que les économies redémarrent, le magazine prévient :

N’espérez pas un retour rapide à un monde insouciant, où l’on se déplacera sans entraves et où le commerce sera libre.”

Viscéralement libéral, l’hebdomadaire n’a aucun doute : en contribuant à faire des voyages et des migrations une question politique, en poussant à l’autosuffisance, la pandémie va “affaiblir la reprise, rendre l’économie plus vulnérable et favoriser la propagation de l’instabilité politique”.

Sa conclusion : “Dites au revoir à la mondialisation et craignez ce qui va la remplacer.”

Source

Grande institution de la presse britannique, The Economist, fondé en 1843 par un chapelier écossais, est la bible de tous ceux qui s’intéressent à l’actualité internationale. Ouvertement libéral, il défend généralement le libre-échange, la

[…]

Lire la suite





Source link

scroll to top