les informations de la nuit


Royaume-Uni : trois morts dans une attaque au couteau. Trois personnes ont été tuées samedi dans une attaque au couteau à Reading, dans la grande banlieue de Londres. La police a écarté pour l’instant la piste terroriste, selon The Guardian. Un homme de 25 ans, originaire de la ville, a été arrêté pour meurtre sur les lieux de l’attaque, et placé en garde à vue. Trois personnes ont également été blessées. L’attaque a eu lieu dans la soirée de samedi, dans un parc très fréquenté du centre de la ville, située à 60 km à l’ouest de Londres. Les faits se sont produits à proximité de l’endroit où s’était tenue, plus tôt dans la journée, une manifestation du mouvement antiraciste “Black lives matter”. Mais les organisateurs comme la police estiment qu’il n’y a aucun lien entre la manifestation et l’attaque au couteau.

Covid-19 : l’Amérique latine passe la barre des 2 millions de cas. L’Amérique latine et les Caraïbes ont franchi samedi la barre des 2 millions de personnes infectées par le nouveau coronavirus, selon la radio péruvienne RPP. Le Brésil à lui seul représente la moitié des cas, et frôle les 50 000 morts dus au Covid-19. La ville de Mexico, qui avait prévu de rouvrir lundi une partie de ses commerces – notamment les marchés et les restaurants – a décidé de prolonger le confinement d’une semaine. Vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait averti qu’avec le déconfinement, le monde était entré “dans une phase nouvelle et dangereuse”. “Le virus continue de se propager rapidement, il reste mortel et la plupart des personnes restent exposées”, a souligné le patron de l’agence onusienne, Tedros Adhanom Ghebreyesus, précisant que ses services avaient recensé jeudi plus de 150 000 nouveaux cas, un record sur une seule journée depuis le début de l’épidémie.

L’Égypte prête à intervenir “directement” en Libye. Une avancée des forces du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) vers la ville de Syrte pourrait déclencher une intervention militaire “directe” de l’Égypte, a averti samedi son président, Abdel Fattah Al-Sissi. Les forces du GNA, qui ont repris le contrôle de l’ensemble du nord-ouest de la Libye avec l’appui d’Ankara, ne font pas mystère de leur ambition de reprendre Syrte, verrou stratégique vers l’est, au maréchal Haftar, rapporte Al Jazeera. Ce dernier, soutenu par l’Égypte, les Émirats Arabes Unis et la Russie, n’a cessé ces dernières semaines d’essuyer des revers sur le terrain, qui ont signé l’échec de son offensive sur Tripoli, lancée en avril 2019. Le GNA, basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, a dénoncé une “ingérence dans les affaires (internes) et une menace grave pour la sécurité nationale de la Libye” et la “paix internationale”, par la voix de Mohamad Amari Zayed, membre du Conseil présidentiel du GNA.

Sélection de la rédaction





Source link

scroll to top