Les mutations incertaines du Covid-19


Près de 200 mutations du nouveau coronavirus auraient déjà été enregistrées depuis le début de l’épidémie. Malgré ce chiffre impressionnant, celles-ci seraient mineures sur la structure du virus. Toutefois, des recherches récentes amènent de nouveaux éléments : la dangerosité de ces mutations serait variable. En effet, si la plupart d’entre elles n’ont pas d’influence sur la fonction même du virus, des chercheurs chinois ont mis en évidence que certaines mutations aboutiraient à des souches jusqu’à 270 fois plus virulentes que les autres. C’est ce qui explique rait que d’une région à l’autre, l’incidence de l’épidémie ne soit pas la même.

Une étude, menée par l’université d’Arizona et parue dans le Journal of Virology, évoque, elle, un potentiel affaiblissement du Covid-19 au fil du temps. Grâce à l’analyse de plusieurs échantillons prélevés sur des patients infectés, les scientifiques ont découvert que des morceaux de génome avaient complètement disparu. C’est ce même phénomène qui avait abouti en 2003 à l’affaiblissement du virus Sars-Cov, puis à sa disparition…

Cependant, une autre étude du laboratoire national de Los Alamos, est beaucoup moins optimiste. Selon les chercheurs, la souche dominante actuelle du virus serait plus dangereuse que la version originale chinoise. Elle se répandrait plus vite et rendrait les individus plus vulnérables à une seconde infection. En outre, l’apparition régulière de mutations complexifie grandement l’élaboration d’un vaccin contre le Covid-19.



Source link

scroll to top