L’hôpital Sainte-Croix soignera des personnes infectées à la COVID-19


CORONAVIRUS. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a donné son aval au CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec pour la création d’un second site d’hospitalisation COVID-19 à l’hôpital Sainte-Croix, lequel sera opérationnel dès lundi.

Depuis le début de la pandémie, le CIUSSS MCQ dispose d’une installation désignée pour recevoir la clientèle atteinte, soit le Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières. Celui qui verra le jour à l’hôpital Sainte-Croix a été mis sur pied afin d’assurer à la population centricoise des soins de proximité dans leur région.

«Cette nouvelle unité nous permettra d’éviter le transfert des usagers positifs vers Trois-Rivières ou encore vers Sherbrooke. Les personnes de Drummondville et d’ailleurs au Centre-du-Québec présentement hospitalisées à ces centres hospitaliers pourront donc être accueillies à l’hôpital Sainte-Croix», indique Nathalie Boisvert, présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS MCQ.

Le CHAUR conservera toutefois sa mission de centre désigné pour admettre la clientèle adulte de soins intensifs, de psychiatrie, d’obstétrique, de néonatalogie et de réadaptation avec une unité «chaude» de 60 lits et une unité «tiède» de 20 lits.

La nouvelle unité sera aménagée au quatrième étage de l’hôpital Sainte-Croix. Elle comprendra 16 lits pour accueillir les usagers adultes atteints de la COVID-19 ne nécessitant pas de soins spécialisés ou intensifs.

«Par exemple, ça peut être un patient qui a été hospitalisé pour une problématique au ventre et qui a contracté le virus lors de ce séjour, une personne à la maison atteinte de la COVID-19 et qui ne se sentait pas bien ou encore un usager qui a subi une chirurgie après laquelle on s’est rendu compte qu’il était positif», énumère la PDG adjointe.

Ces usagers seront sous la responsabilité de l’équipe de médecine interne. «L’équipe est bien outillée et dispose de tous les équipements de protection nécessaires pour accueillir ces patients. Il faut dire que depuis le début de la COVID-19, on a toujours eu quelques cas ou des cas suspects à l’hôpital. Il faut préciser aussi que si l’état du patient se détériore, avant de procéder à son transfert, les internistes sont en mesure de procéder à l’intubation», précise-t-elle.

Le personnel qui travaillera dans cette unité sera dédié uniquement à cette zone. Toutes les mesures de sécurité seront mises en place.

Enfin, précisons que la création de ce second site permettra également la reprise graduelle des activités médicales spécialisées et des chirurgies au CHAUR.





Source link

scroll to top