L’UE accuse la Chine d’être à l’origine de cyberattaques contre des hôpitaux européens



Ursula von der Layer, la présidente de la Commission européenne, accuse la Chine d’être à l’origine d’une série de cyberattaques contre des hôpitaux européens pendant la pandémie de Covid-19.

Ces accusations ont été formulées à l’issu d’un sommet UE-Chine le 22 juin, dont le contenu a été repris par Euractiv. Les discussions en visioconférence ont réuni la présidente, le président du Conseil européen Charles Michel avec leurs homologues chinois le Premier ministre Li Keqiang et le président Xi Jinping. « Nous avons vu des cyberattaques contre des hôpitaux et des centres de calcul spécialisés », a déclaré la présidente. De telles attaques « ne peuvent être tolérées » par l’Union européenne, a-t-elle averti.

L’AP-HP touché par une attaque

La France a été concernée : le groupement hospitalier français l’AP-HP a été victime en mars d’une attaque par déni par service (DoS), dont le but est de rendre inaccessible un serveur par l’envoi de nombreuses requêtes jusqu’à le saturer provoquant une panne ou un fonctionnement fortement dégradé. Au Royaume-Uni, la National Cyber Security Agency a publié en mai une alerte dans laquelle elle s’alarme du risque d’attaques informatiques contre des organisations sanitaires impliquées dans la lutte contre le virus. Plus récemment, les autorités tchèques ont annoncé avoir enregistré des attaques contre des infrastructures nationales critiques d’établissements médicaux. Ces attaques n’ont cependant pas réussi, selon le ministre de la Santé Adam Vojtech.

Outre ces accusations, Ursula von der Leyen a attiré l’attention sur la campagne de désinformation menée par la Chine en Europe pendant la crise sanitaire. « L’Union européenne est très active dans le démantèlement de la désinformation », a-t-elle déclaré, ajoutant que de telles activités rendent la relation entre l’UE et la Chine « pas facile« . Selon la Commission, ces fausses informations peuvent prendre la forme de conseils erronés selon lesquels « la consommation d’eau de Javel ou d’alcool pur pourrait guérir du coronavirus » ou de théories du complot qui prétendent entre autres que le Covid-19 serait « une infection créée par les élites mondiales pour réduire la croissance démographique« .

Des campagnes de désinformation russes et chinoises

A la mi-juin, l’exécutif européen a publié un document intitulé « Lutte contre la désinformation liée au Covid » dans lequel il affirme que « des acteurs étrangers et certains pays hors UE, en particulier la Russie et la Chine, mènent des opérations d’influence ciblées et des campagnes de désinformation dans l’UE, les pays voisins et le reste du monde cherchant à saper le débat démocratique et à exacerber la polarisation sociale« .


 



Source link

scroll to top