Québec veut prévenir la mauvaise utilisation des primes COVID-19 par les gestionnaires


Mis au fait que certains gestionnaires du réseau de la santé déplaceraient des employés entre «zones chaudes» et «zones froides» pour éviter de leur octroyer une prime, le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, prévient qu’il s’agit là de gestes «inacceptables».

La semaine dernière, Québec a annoncé une prime pouvant aller jusqu’à 1000 $ par mois pour les personnes qui acceptent de travailler à temps plein (soit 36,25 heures/semaine) dans les CHSLD afin d’y combler les criants besoins de main-d’œuvre.

Or, Christian Dubé a affirmé jeudi qu’on a porté à son attention que des gestionnaires déplaceraient ces employés en contact avec des patients atteints de la COVID-19 dans les «zones chaudes» vers des «zones froides» où le virus n’est pas présent, et ce, pour une journée seulement.

Le but soupçonné de cette manœuvre : éviter d’avoir à leur verser la prime de 1000 $ puisqu’ils n’ont pas fait un mois complet dans le même département.

«C’est contre-intuitif à ce que nous avons demandé, et j’ai moi-même demandé d’avoir des explications», a déclaré Christian Dubé jeudi en précisant qu’il attendait toujours des précisions du ministère de la Santé et des Services sociaux à ce sujet.

De telles manœuvres posent également un risque supplémentaire pour les patients en raison du mouvement de personnel entre des zones où le virus est présent et d’autres qui sont encore épargnées.

«Je le répète, ce n’est pas l’objectif. Notre objectif, c’est d’avoir des gens qui vont faire plus de temps plein et qui, s’ils le demandent, d’aller en zone [chaude], ils vont pouvoir le faire», a martelé Christian Dubé.

Il compte d’ailleurs amener des précisions à ce sujet sous peu.

Selon lui, cette question devrait être abordée lors de la rencontre entre le premier ministre, François Legault, et les PDG des CIUSSS et des CHU du Grand Montréal qui doit se tenir jeudi soir.

Christian Dubé s’est tout de même réjoui de constater les effets positifs des mesures annoncées par Québec pour bonifier le salaire des employés du réseau de la santé alors que pour une autre journée, le nombre d’absents continuait de diminuer.



Source link

scroll to top