Survol de certaines recherches liées à la COVID-19 menées dans le monde


Des milliers de scientifiques dans le
monde entier sont à pied d’oeuvre pour tenter de lutter contre la pandémie de
COVID-19. Voici un résumé de certaines recherches récentes, qui ont été menées
par des revues académiques ou des agences scientifiques, et qui ont
généralement été révisées par des pairs:

*La COVID-19 aura au moins réussi à unir
les Canadiens, selon la Revue canadienne
de science politique
. Un article publié dans la revue combine les sondages
d’opinion publique avec un examen des messages des députés sur Twitter et
conclut que la pandémie a créé un front uni parmi les Canadiens. Les membres
des trois partis ont fortement soutenu les mesures de santé publique telles que
la distanciation physique. Aucun d’entre eux n’a dit que les inquiétudes
concernant le virus étaient exagérées ou n’a propagé de la désinformation. Les
auteurs affirment que les inquiétudes concernant le virus et le respect des
mesures de santé publique reculent un peu sur la droite politique. Mais ils
ajoutent que comparativement à la polarisation aux États-Unis au sujet de la COVID-19,
la société canadienne et ses élites sont plus unies.

*Le Journal
de l’Association médicale canadienne
a étudié les différences de taux de
mortalité entre les États-Unis et le Canada.

Différents pays ont souvent des taux de
mortalité différents, admettent les auteurs. Mais dans ce cas, les deux pays
sont très proches. En supposant un taux de déclaration de cas de COVID-19
inférieur à 50 %, les deux pays avaient un taux de mortalité inférieur à 2
%. Le taux du Canada était légèrement inférieur (1,6 % par rapport à
1,78 % au sud de la frontière).

*La revue Health Expectations rapporte que la pandémie de COVID-19 a
considérablement modifié les plans de naissance des mères américaines. Environ
45 % des personnes interrogées – principalement blanches et issus de
la classe moyenne – ont déclaré avoir changé certains aspects de leurs
plans. Plus de femmes ont dit qu’elles accoucheraient à la maison. D’autres ont
indiqué qu’elles raccourciraient leur séjour à l’hôpital grâce à une césarienne
ou à un travail provoqué, ou resteraient à la maison aussi longtemps que
possible. Certaines ont dit qu’elles porteraient un masque pendant le travail
ou limiteraient le nombre de personnes de soutien pendant l’accouchement ainsi
que de visiteurs par la suite. Certaines ont dit qu’elles modifieraient leur
stratégie de gestion de la douleur par crainte d’infection.

SOURCE : Bob Weber, La Presse canadienne





Source link

scroll to top