Un bal des finissants…version COVID-19


Tapis rouge, prise de photos et remise de diplômes. Voilà comment l’École secondaire Charles-Gravel du secteur Chicoutimi-Nord, à Saguenay, a souligné la fin du parcours de ses élèves de secondaire 5. 

Au lieu d’un bal régulier, c’est plutôt un défilé des finissants vendredi.

«Depuis environ un mois et demi qu’on travaille sur un projet faisable pour qu’ils puissent au moins avoir une journée pour souligner la fin de leur secondaire avec les conditions qu’on vit actuellement […]. On doit oublier le souper et la soirée dansante, par contre d’arriver sur un tapis rouge et les parents qui accompagnent les jeunes dans leur voiture, on trouvait que c’était une bonne idée!» a expliqué à TVA Nouvelles Steve Girard, enseignant de secondaire 5 et organisateur du défilé à l’École secondaire Charles-Gravel.

Le défilé COVID-19, comme on l’a appelé, a attiré plus de 160 finissants, tous vêtus de leurs plus beaux complets et de leurs plus belles robes de bal.

«Je trouve ça tellement le « fun » que nos professeurs soient autant impliqués, je suis tellement contente! Ça n’a pas de bon sens, surtout avec tout ce qui se passe présentement!» a lancé une finissante.

Une autre élève de secondaire 5 a également salué le travail des professeurs. «C’est sûr qu’on n’a pas notre vrai bal normal, mais au moins ils ont fait quelque chose pour qu’on aille notre célébration pareil et je l’apprécie vraiment!»

Des parents fiers et émotifs

Ce défilé a aussi été rempli d’émotions pour plusieurs parents.

«C’est très émouvant… j’ai encore les larmes! J’apprécie beaucoup ce que les professeurs font pour les enfants, malgré toute cette pandémie», a témoigné le père d’une finissante.

Pour la directrice de cette école, il n’était pas question que les finissants terminent leur année scolaire sur une mauvaise note, surtout que leur parcours a été interrompu par la pandémie il y a plus de trois mois.

«Depuis le mois de mars, on vit toutes sortes de changements et de bouleversements. On avait un sentiment de « non fini » aussi, alors ça nous permet de récupérer tout ça et de faire un beau clin d’œil à ces beaux enfants-là!» a commenté Mireille Boutin, directrice de l’École secondaire Charles-Gravel.

Professeurs comme élèves peuvent maintenant dire mission réussie.



Source link

scroll to top