Un médicament québécois contre la COVID-19 au printemps 2021?


La bataille se poursuit contre la COVID-19, et il est dans l’intérêt collectif de la remporter le plus vite possible. Or, il est entendu dans la communauté scientifique qu’un vaccin pourrait ne voir le jour que dans 12 à 18 mois.   

• À lire aussi: Maintenant 36 986 cas de COVID-19 et 2786 décès au Québec  

Cette échéance n’empêche pas une entreprise québéco-ontarienne de plancher sur une thérapie potentielle contre le coronavirus, un médicament qui pourrait être offert au printemps 2021 – si tout va bien – et empêcher l’apparition du symptôme le plus dangereux de la COVID-19: la détresse respiratoire aiguë.   

Steeve Néron, chef de l’exploitation chez Tetra Bio Pharma, l’entreprise pharmaceutique à pied d’œuvre, se montre optimiste au sujet de ce nouveau médicament expérimental axé sur le traitement de l’inflammation pulmonaire liée au coronavirus, mais rien n’est gagné, selon lui.   

Reste que M. Néron entrevoit bien une approbation finale du médicament au printemps 2021.   

«Je veux être bien clair: ce n’est pas un vaccin. C’est un médicament», a-t-il prévenu en entrevue sur les ondes de LCN, samedi, avant d’expliquer les étapes vers l’avènement de cet hypothétique remède.   

«On est en train de finir la toxicologie présentement, c’est-à-dire qu’on met vraiment ça clair au niveau du modèle animal qu’il n’y aura pas d’effet toxique au niveau du cœur, du foie ni des reins, énumère M. Néron. Ça devrait être terminé d’ici le mois de juin. Ensuite, on va passer en phase 1, où on va tester ça chez des volontaires sains pour voir encore une fois s’il y a des effets au niveau du cœur, des poumons, des reins et aussi du foie.»    

«Par la suite, au mois de décembre, on va commencer la phase 2, qui est une preuve de concept, c’est-à-dire qu’on va l’étudier vraiment chez les patients atteints de la COVID-19. On pourra déterminer si, oui ou non, il y a de l’efficacité.»   

Si le gouvernement peut aider…   

Une fois cette deuxième phase réussie, c’est là que Tetra Bio Pharma pourrait soumettre son dossier à Santé Canada. Serait ainsi entreprise une révision de «deux ou trois mois, ce qui nous donne un médicament approuvé [en] mars, avril, mai ou juin, dans ce coin-là.»   

Bien avant l’approbation de Santé Canada, il faudra donc du succès à chaque étape du processus de recherche et, bien sûr, l’aide financière des deux paliers de gouvernement dans ce projet évalué à 18 M$.    

«Ce n’est pas encore approuvé jusqu’à maintenant, a indiqué M. Néron. Le budget total, c’est 18 M$. On a communiqué clairement qu’on pouvait l’assumer à 25%. On a fait des représentations au fédéral et au provincial en espérant pouvoir obtenir l’autre 14 M$. Les gouvernements sont bien au fait de notre dossier. On a bon espoir d’obtenir des fonds pour exécuter cette recherche.»   

De tels fonds permettraient à Tetra Bio Pharma d’essayer de fabriquer un médicament contre la réponse immunitaire exagérée des patients souffrant de la COVID-19. Ce sont ces patients, souvent plus âgés ou atteints d’une comorbidité, qui périssent du virus.   

«Ce qu’on veut faire, c’est empêcher que les patients se rendent à ce bout-là. Quand les patients sont rendus en détresse pulmonaire, soit 10 à 15% des patients, on a une grosse probabilité de décès. Ce sont eux qui décèdent de la COVID-19. Si on empêche cette cascade, on pourrait sauver beaucoup de vies. Ce n’est toujours pas un vaccin, mais les gens pourraient survivre du coronavirus. C’est ce qu’on tente de démontrer.»   

Le Plaquénil, la marque de commerce de l’hydroxychloriquine, était un traitement prometteur contre les symptômes de la COVID-19 en mars dernier. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, en France, a toutefois mis en garde contre une trentaine de possibles effets indésirables graves, pouvant peut-être mener jusqu’au décès.  

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com



Source link

scroll to top