Un premier procès devant jury en temps de COVID-19


Un premier procès devant jury a eu lieu lundi dans une grande salle habituellement utilisée pour les dossiers de crime organisé, avec les jurés assis sur les chaises réservées des avocats pour respecter la distanciation physique.

« Nous sommes en mesure de reprendre le procès avec des mesures qui satisfont la santé publique, ça fait vraiment plaisir de vous revoir », a déclaré le juge Daniel Royer aux 12 jurés, au centre judiciaire Gouin à Montréal.

Depuis le début de la pandémie en mars dernier, tous les procès devant jury ont été mis sur la glace, partout au Canada. 

Ceux qui avaient commencé avaient quant à eux été mis sur pause, dont celui de Ducakis François et Willy Jurnior St-Jean. 

Il a finalement repris lundi, avec les plaidoiries des avocats.

Lorsque ce procès avait été suspendu, les avocats étaient prêts à commencer leur plaidoirie finale. Selon la Couronne, les accusés de 26 et 33 ans ont tué à l’arme à feu Valery Belange, le 29 août 2017 à Montréal-Nord.

Distanciation physique

Or, la difficulté de reprendre le procès était de faire respecter la distanciation physique imposée par la santé publique. C’est que dans une salle d’audience, les jurés sont assis l’un à côté de l’autre, à côté du juge. 

C’est pour cela que le procès a été déplacé au centre judiciaire Gouin, construit pour les mégaprocès avec de grandes salles d’audience pouvant accueillir des dizaines d’avocats et d’accusés. 

Avec une dizaine de bureaux pour les avocats, il devenait ainsi faisable de maintenir une distance entre les jurés. 

Il s’agit du premier procès devant jury qui reprend au Canada, depuis le début de la crise de la COVID-19. 

Craintes

Lors de son adresse au jury, le magistrat a rappelé que la configuration de la salle avait été faite en partenariat avec la santé publique. 

Le juge a également expliqué qu’à un moment, le système de justice avait envisagé des tests de dépistages pour chaque jury, mais l’idée avait été mise de côté en raison de problématiques concernant le consentement médical pour subir le test.

Mais malgré toutes ces mesures, le juge s’est dit conscient que certains peuvent être plus craintifs que d’autres face à la COVID-19, et il a voulu s’assurer que chaque juré était en mesure de se concentrer sur l’audience, afin de décider du sort des accusés.

« Utilisez masques et désinfectant plus que moins, a-t-il dit aux jurés. Si certains sont moins craintifs, veuillez respecter les autres, pour que vous soyez dans un état d’esprit qui vous permettra de délibérer sereinement. »



Source link

scroll to top