y a-t-il une seconde vague en cours dans le monde ?


La crainte d’une éventuelle seconde vague mondiale s’épaissit et se précise. Ces derniers jours, plusieurs pays recensent de nouveaux malades de la COVID-19 : de la Chine au Portugal, en passant par la Nouvelle-Zélande et l’Italie.

Le marché nocturne de Keelung, en temps normal, à Taïwan (Crédits : 3005398 / Pixabay).

Tandis que la France tend progressivement vers le déconfinement total, de nombreux pays dans le monde recensent des réémergences de cas de contamination au coronavirus SARS-CoV-2. La seconde vague, théorisée et attendue par plusieurs médecins et scientifiques en automne, serait-elle en réalité déjà là ? Comme le signale le journal La Dépêche, la situation est redevenue inquiétante à Pékin, en Chine, après l’apparition d’une centaine de nouveaux cas d’infection la semaine dernière. De toute évidence, il s’agirait d’un groupe de personnes ayant toutes fréquentées, de près ou de loin, le marché géant de Xinfadi. Les autorités de la capitale chinoise ont alors décrété la re-fermeture de sites sportifs, culturels et le confinement d’environ trente zones résidentielles. Pour rappel, après une mise sous cloche de plusieurs mois pour Wuhan – le foyer de la pandémie de COVID-19 actuelle – et d’autres grandes villes du pays, la Chine avait déjà annoncé le recensement de plusieurs nouveaux cas dans différentes régions du pays le mois dernier.

Ailleurs dans le monde, la situation n’est pas nécessairement plus rassurante. Tandis que Mexico City compte encore la moitié du nombre de malades actuels, le Mexique a malgré tout redémarré les activités de sa capitale ce lundi selon Le Monde. Chez son voisin américain, six États – l’Arizona, la Floride, l’Oklahoma, l’Oregon et le Texas – ont constaté une augmentation record du nombre de cas quotidiens ce mardi après de fortes baisses les semaines passées et un allègement des mesures de confinement. De l’autre côté du globe, après presque un mois de tranquillité totale, la Nouvelle-Zélande a confirmé l’apparition de nouveaux cas de contamination. Deux touristes britanniques auraient quitté leur quarantaine obligatoire d’arrivée sans avoir été testés, avant d’être finalement diagnostiqués positivement. Le site spécialisé Nippon.com rapporte que le nombre de personnes infectées recensées quotidiennement à Tokyo est à nouveau en hausse ces derniers jours.

Quid de l’Europe et de la France ?

Pendant ce temps, en Europe, plusieurs pays jusque là épargnés ou en récession ont été touchés par l’assouplissement des mesures d’urgence sanitaire. 192 cas supplémentaires ont été confirmés cette semaine en Allemagne, rappelle La Dépêche. Un nouveau “cluster” de 120 malades a été repéré à Rome, en Italie, qui se remet lentement de la perte de plus de 34 000 citoyens. Le Portugal, quant à lui, fait actuellement face à sa première vague importante de contaminations : Lisbonne, re-confinée exceptionnellement du 10 au 14 juin, comptait approximativement 300 nouveaux cas par jour la semaine dernière. En réaction à ces chiffres, le Secrétariat général de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a déclaré se préparer à mobiliser ses moyens militaires pour lutter contre une éventuelle deuxième vague.

En France, la situation a beau être au vert, les épidémiologistes ne sont pas rassurés. L’un d’entre eux, Martin Blachier, fondateur du cabinet d’analyse Public Health Expertise, a déclaré dans l’émission “C dans l’air” sur France 5 (ci-dessus), qu’une seconde vague pouvait même se manifester dans l’Hexagone dès le milieu du mois d’août. Par ailleurs, en outre-mer, face à une “situation sanitaire dégradée” en Guyane et à Mayotte, le gouvernement français s’est dit aujourd’hui prêt à y prolonger l’état d’urgence jusqu’à la fin du mois d’octobre.





Source link

scroll to top